Paul-Henri de Le Rue, du coma aux JO

  • A
  • A
Paul-Henri de Le Rue, du coma aux JO
@ REUTERS
Partagez sur :

EXPLOIT - Le snowboardeur tricolore a été victime d'un grave accident au mois de janvier.

Paul-Henri de Le Rue à l'hôpital (930x1240)

© Facebook PH de Le Rue

"Sur le papier, ce n'est pas possible." Oui, mais voilà, Paul-Henri de le Rue évolue sur la neige. Et Manuel Bernia a dû revoir son jugement. Le président du club de snowboard des Brown Bears, à Saint-Lary Soulan, verra bien son illustre membre dévaler lundi la pente du site de Rosa Khoutor, à Sotchi, un mois seulement après une chute et un traumatisme facial avec fracture de l'orbite associé à un traumatisme crânien avec perte de connaissance.

"J'avais été placé dans un coma artificiel car je convulsais", explique "Paulo" de Le Rue. "Ils ont essayé de me réveiller dans la nuit, mais je ne répondais pas. Mon état s'est stabilisé le lendemain matin." Le snowboardeur tricolore a quitté l'hôpital trois jours après son accident. Avec une seule idée en tête : participer aux Jeux olympiques de Sotchi.

Plusieurs semaine de rééducation à Capbreton

"La première chose qu'il a dite aux infirmières, c'est "Où je suis ?" "On est quel jour ?" et "Je ne peux pas rester longtemps car, dans trois semaines, je suis à Sotchi"", détaille la femme de Paul-Henri au micro d'Europe 1. "Il a répété ça en boucle pendant 48 heures jusqu'à ce qu'il ait les idées un peu plus claires. Et puis, en fait, il y est (aux Jeux olympiques de Sotchi). Je suis la première étonnée, et il y est deux fois plus motivé qu'avant l'accident, donc c'est incroyable."

Pour parvenir à cet exploit, Paul-Henri de  Le Rue, médaillé de bronze à Turin en 2006, a suivi plusieurs semaines de rééducation à Capbreton. Sotchi sera sa première compétition depuis sa terrible chute à Andorre. "En théorie, quelqu'un qui a fait un trauma crânien comme lui, un coma, ne repart pas aussi vite sur neige", détaille encore Manuel Bernia. "Il faut savoir que "Paulo" a beaucoup de volonté. Pour lui, c'était évident qu'il y serait, il ne s'est même pas posé la question."

Le doux rêve de l'or olympique

Paul-Henri de Le Rue dossard (930x1240)

© Facebook PH de Le Rue

Reste à savoir maintenant ce que Paul-Henri de Le Rue peut espérer, lundi, au-delà du fait de participer, ce qui est déjà un exploit en soi. "J'ai connu la victoire en 2006 (médaille de bronze) et l'échec en 2010 (25e)", explique le snowboardeur, dont le frère, Xavier de Le Rue, a été privé d'un dernier tour de piste olympique en raison d'une méprise de la Fédération. "Je sais que l'or est accessible mais ça ne veut pas dire que je vais l'avoir." L'épreuve de qualifications, qui commence à 8h lundi, sera un bon indice de sa forme actuelle. "Je suis fatigué et j'ai encore mal à la tête mais le jour J, je serai plus fort que ça. J'ai fait tout ce qu'il fallait pour être en forme. Je rêve d'être champion olympique." Voilà qui serait digne du plus beau scénario de cinéma...

sur le même sujet, sujet,

VIDEO - La grosse chute de Paul-Henri de Le Rue