NBA : les dix nouveautés de la saison

  • A
  • A
NBA : les dix nouveautés de la saison
@ MAXPPP
Partagez sur :

BASKET - La saison 2013-14 de NBA débute mardi avec notamment un alléchant Miami-Chicago.

Gasol face au Heat (930x620)

© REUTERS

Les Lakers à la rue ? Double champion NBA en titre, le Miami Heat va tenter cette saison la passe de trois, une performance qui n'a plus été réussie depuis les Los Angeles Lakers du duo O'Neal-Bryant entre 2000 et 2002. Ce même "Kobe", toujours convalescent après sa blessure au tendon d'Achille en avril, manquera le début de la saison. Orphelins de leur star au printemps, les Lakers ont été écrasés 4-0 en play-offs par les Spurs, une mésaventure qui ne leur était plus arrivée depuis 1967. Rien ne dit qu'ils feront mieux cette année avec un cinq un peu défraîchi. Les Lakers absents de la liste des favoris à l'entame de la saison, une rareté !

Un Brooklyn à l'accent russe et... bostonien. Il n'y a pas que la Ligue 1 qui attire les milliardaires russes : la NBA aussi. Mikhaïl Prokhorov, archétype de l'oligarchie post-URSS, troisième de la présidentielle en 2012, est devenu propriétaire des Nets en 2010. Après avoir changé de salle et de nom en 2012, les Nets ont cette fois changé d'entraîneur et d'effectif  : Jason Kidd s'est assis sur le banc et le trio Paul Pierce-Kevin Garnett-Jason Terry est arrivé de Boston.

Conséquence de l'opération : une masse salariale de 102 millions de dollars (74 millions d'euros) et presque autant en taxe (87 millions de dollars, 63 millions d'euros) pour avoir dépassé le "salary cap" (les franchises NBA qui dépassent une certaine masse salariale sont soumis à une "taxe de luxe", ndlr). Les Nets seront cette année la seule équipe à aligner d'entrée cinq joueurs déjà sélectionnés au moins une fois au All-Star Game : Pierce et Garnett donc, mais aussi Deron Williams, Joe Johnson et Brook Lopez. Cet effectif de feu est à mèche courte : Pierce et Garnett sont âgés de 36 et 37 ans.

Garnett, Pierce et Terry say "hello" :

  

Rudy Gobert, dixième Frenchie. Avec dix représentants, dont le plus illustre d'entre eux, Tony Parker, aux San Antonio Spurs, la France reste le pays étranger le plus représenté dans la grande Ligue américaine (devant le Canada, qui compte seulement neuf joueurs !). Le seul nouveau venu cette année est Rudy Gobert, 21 ans. Après avoir fait ses classes à Cholet, le pivot de 2,13 m a été drafté en juin par les Nuggets avant d'être envoyé au Utah Jazz, où il a signé un contrat rookie.

Belinelli face à Wade (930x620)

© REUTERS

Des Spurs internationaux. La franchise qui compte le plus de joueurs venus de l'étranger est aussi celle qui compte le plus de Français. En plus des trois Tricolores - Parker, Diaw et De Colo -, les Spurs comptent également deux Australiens (Patrick Mills et Aron Baynes), un Argentin (Manu Ginobili), un Brésilien (Tiago Splitter), un Canadien (Cory Joseph) et depuis cet été, un Italien, Marco Belinelli, arrivé de Chicago. L'Internationale du Texas sera entraînée pour l'inusable Gregg Popovich, en poste depuis 1996 et quatre bagues de champions aux doigts.

Oubliez les Frelons, vive les Pélicans ! Les New Orleans Hornets sont officiellement devenus cette saison les Pélicans. L'objectif : relancer une franchise engourdie. Les changements ne sont pas seulement dans le nom et les logos. L'effectif a été profondément remanié à l'intersaison et les Pélicans vont aligner un cinq aussi jeune que talentueux, avec Anthony Davis, Tyreke Evans ou Jrue Holiday. A noter que le nom de Hornets effectuera la saison prochaine son retour à Charlotte.

Howard aux Rockets (930x620)

© REUTERS

Un nouvel air pour "D-12". Après une année manquée aux Lakers, Dwight Howard, alias "D-12", n'a pas tardé à changer d'air. Il a rejoint cet été les Houston Rockets et va former avec l'Américain d'origine taïwanaise Jeremy Lin et l'ancien d'Oklahoma City James Harden l'un des plus excitants trios de la Ligue. Reste à savoir si celui que l'on surnomme "Superman" (ici avec son nouveau coach, Kevin McHale) va pouvoir décoller du Texas pour rejoindre au firmament Hakeem Olajuwon, double champion NBA en 1994 et 1995 avec les Rockets.

Derrick Rose (930x620)

© REUTERS

D-Rose de retour. Et si, finalement, le principal changement de la saison 2013-14 n'en était pas vraiment un ? Absent des parquets toute la saison dernière en raison d'une rupture du ligament croisé du genou gauche, Derrick Rose, élu meilleur joueur de la Ligue en 2011, fera son retour à la mène des Chicago Bulls. Sa pré-saison a été exemplaire avec 21 points de moyenne à 48% de réussite en 27 minutes seulement. Dans son sillage, les Bulls et Joakim Noah ont remporté leurs huit matches de préparation...

Rose a (déjà) régalé lors de la pré-saison :

Des finales nouveau format. On passe du 2-3-2 au 2-2-1-1... On ne parle pas ici d'un quelconque dispositif tactique mais du format des finales NBA. Jusqu'à présent et depuis 1985, l'équipe qui présentait le meilleur bilan au terme de la saison régulière recevait lors des deux premiers matches, se déplaçait lors des trois suivants puis recevait lors des deux derniers matches éventuels (d'où le 2-3-2).

Mais ce format, qui évitait de longs déplacements, était pointé du doigt dans le sens où il permettait à l'équipe la moins bien classée de recevoir trois fois de suite. La NBA a donc décidé d'adopter le format 2-2-1-1-1 qui a déjà cours lors des autres tours de play-offs, à savoir, pour l'équipe la mieux classée : deux matches à domicile, deux à l'extérieur, puis éventuellement un à domicile, un à l'extérieur et un dernier à domicile.

David Stern (930x620)

© REUTERS

Ça se termine pour Stern. David Stern, 71 ans, va prendre sa retraite. Le tout puissant patron de la NBA, l'équivalent de ce que peut être un Bernie Ecclestone à la Formule 1, va quitter ses fonctions le 1er février prochain, 30 ans (!) après avoir accédé au poste, en 1984. Sous son "règne" et grâce à un certain Michael Jordan, la NBA est passée dans une toute autre dimension. C'est Adam Silver, son adjoint depuis 2006, qui lui succédera, avec pour mission de faire grandir un peu plus la Ligue.

La révolution en fin de saison ? La saison 2013-14 n'a pas encore commencé que les fans de NBA se délectent déjà de la suivante. Celle-ci commencera dès le mois de juin avec une draft (là où les franchises choisissent les différents joueurs universitaires, ndlr) qui risque de faire date. Andrew Wiggins, des Jayhawks du Kansas, devrait être choisi en n°1 et aiguise d'ores et déjà les appétits. A tel point que certaines équipes pourraient être tentées de "zapper" la saison à venir pour s'offrir le maximum de chances de remporter le gros lot (les équipes les moins bien classées à l'issue de la saison régulière maximisent leurs chances d'obtenir les meilleurs joueurs lors de la draft suivante, ndlr).

Mais 2014 marquera également les fins de contrat de deux "monstres" actuels : LeBron James, qui devrait logiquement rester à Miami, et Carmelo Anthony, qui pourrait lui au contraire quitter New York...

En attendant, "the big is on" :