NBA : le "Big Three" relance Miami

  • A
  • A
NBA : le "Big Three" relance Miami
@ REUTERS
Partagez sur :

VIDEO - Le Miami Heat s'est imposé jeudi à San Antonio pour égaliser à deux matches partout.

James face aux Spurs (930x620)

© REUTERS

Après le troisième match de ces finales NBA 2013, qui avait vu la large victoire de San Antonio aux dépens du Miami Heat (113-77), dimanche, certains observateurs avaient annoncé la fin de la saga des "Tres Amigos", trio de stars formé à Miami à l'été 2010. Il est vrai que, depuis le début de ces finales face aux Spurs, Dwyane Wade, le taulier, Chris Bosh, le mal-aimé, et LeBron James, le MVP, avaient eu bien du mal à justifier leur statut de "Big Three". Jeudi, lors du quatrième match, les trois joueurs ont mis les choses au point lors d'un succès (109-93) qui assure désormais à ces finales de se disputer au meilleur des six matches et de retourner en Floride. Après avoir tourné à seulement 43 points de moyenne, les "Tres Amigos" ont marqué 85 des 109 points de leur équipe (à plus de 50% de réussite), pris 73% des rebonds, fait 77% des interceptions, réalisé 71% des contres et n'a commis que 22% des pertes de balle du Heat...

Miami prend le meilleur sur San Antonio :



Wade face aux Spurs (930x1240)

© REUTERS

Des trois, on attendait surtout LeBron James, timoré au niveau du scoring depuis le début des finales. Le meilleur joueur de la saison régulière a répondu présent avec 33 points (à 15 sur 25 aux tirs), 11 rebonds, 4 passes, 2 interceptions et 2 contres. Mais celui qui a fait la différence, surtout en début de quatrième quart-temps, quand "LBJ" se reposait sur le banc, c'est bien Dwyane Wade (6 points et 3 interceptions en 3 minutes). L'arrière historique de la franchise, qui se fait désormais appeler "WoW", comme "The Way of Wade", a retrouvé le "chemin" du panier, avec 32 points (14/25 aux tirs). Il a également compilé 6 rebonds, 4 passes et 6 interceptions.



Wade est même le premier joueur depuis Isiah Thomas à inscrire au moins trente points et à effectuer six interceptions lors d'un match des finales. La statistique vaut ce qu'elle vaut mais elle traduit bien l'impact de "Flash" (son premier surnom), auteur de quelques actions d'éclat comme ce dunk en contre-attaque après un dribble aérien.

Wade se joue de la défense des Spurs :

Parker face au Heat (930x1240)

© REUTERS

"C'est l'une de nos meilleures performances en play-offs, j'espère que ça va continuer", a réagi "D-Wade", en délicatesse avec ses genoux. "L'équipe avait besoin de moi, il était temps que je me montre." Un autre joueur s'est montré : Chris Bosh. Moqué par son manque d'impact, l'ancien intérieur des Raptors a enfin eu un rendement digne de son talent (ou de son salaire, diront certains) : 20 points (8 sur 14 aux tirs), 13 rebonds et 2 contres. "Quand Bosh, Wade et James scorent comme ils l'ont fait ce soir (jeudi soir) et shootent de la façon dont ils l'ont faite ce soir (jeudi soir), votre équipe va forcément passer un mauvais moment, d'autant plus si vous les aidez en leur offrant 20 points sur des pertes de balle", a regretté le coach des Spurs, Gregg Popovich. "Quand ces gars-là jouent de cette façon, vous devez jouer un match bien plus propre." Très propre, Tony Parker l'a été en première mi-temps (15 points à 7/12 aux tirs) avant de disparaître en deuxième période. Rattrapé par sa douleur à une cuisse et peut-être par la fatigue aussi, il n'a plus marqué un seul point en seconde période. Il faudra un "TP" beaucoup plus vigoureux pour éviter que Miami programme prochainement le triomphe des "Tres Amigos"...