Natation : le livre de Leveaux crée des remous à la fédération

  • A
  • A
Natation : le livre de Leveaux crée des remous à la fédération
@ AFP / JAVIER SORIANO
Partagez sur :

EN EAUX TROUBLES - Lucien Gastaldello, le vice-président honoraire de la fédération française de natation, a réagi mardi après la publication du livre choc de l'ancien nageur Amaury Leveaux sur le monde des bassins.

"Amaury se tire une balle dans le pied". Lundi, Amaury Leveaux s'était jeté à l'eau. En publiant les bonnes feuilles de son autobiographie "Sexe, drogue et natation" qui éclaboussait largement les autres stars de la natation française, épinglées notamment pour leur penchant pour la cocaïne, il a créé de forts remous dans le monde des bassins. Et à la Fédération Française de natation notamment, dont le vice-président honoraire Lucien Gastadello est monté au créneau, mardi. Dans les colonnes du Républicain Lorrain, il a déploré l'attitude du multi-médaillé olympique: "Amaury vient de se tirer une balle dans le pied. Il devait être consultant à la télévision pour les prochains événements. Je pense qu'il peut faire une croix dessus. Qui voudra répondre à ses questions à présent ? Pas le clan marseillais qu'il semble critiquer à chaque ligne. Tout le monde est dégoûté de son attitude. C'est une drôle de façon de rendre la monnaie."

Règlements de comptes. Dans cette affaire de règlements de comptes, le "clan marseillais" désigné par Gastadello ne désigne pas un gang de la pègre phocéenne mais bien plusieurs des plus grands nageurs français de ces dernières années. Fabien Gilot, Frédérick Bousquet, Florent Manaudou ou Camille Lacourt, tous ces athlètes qui ont porté le sprint français au sommet de la natation mondiale s'entraînent en effet au Cercle des nageurs de Marseille. Ils sont régulièrement cités dans le livre d'Amaury Leveaux, retiré des bassins depuis 2013.

"A vitesse grand C". "Certains ne crachent pas sur un petit rail de cocaïne". Le fort en gueule de la natation française ne s'était pas gêné pour dénoncer le lourd penchant pour la cocaïne développé par ses coéquipiers tricolores. Si son livre, au titre évocateur (racoleur diront certains),  retrace sa carrière, il brosse en effet un portrait sans concession du monde des bassins en filigrane. "Pour certains, c’est carrément une autoroute couverte de poudre blanche sur laquelle ils glissent à vitesse grand C, comme Cocaïne", écrit-il dans son ouvrage.

Impayés. De son côté, Lucien Gastadello nie en bloc ces accusations et assure qu'en tant que chef de la délégation française, il commandait souvent le champagne pour fêter les titres, "mais pas la cocaïne". "La natation n'est pas camée", martèle l'officiel de la FFN dans son interview. Qui ne manque pas au passage de rappeler qu'Amaury Leveaux a quelques dettes envers la fédération : "A la Fédération, Amaury a toujours des ardoises qui traînent. Je peux vous assurer que s'il vend des livres, il va payer ! On ne voulait pas lui mettre de pression mais là, il est allé trop loin, on va lui demander de rembourser."

Déjà endeuillée par la mort de Camille Muffat, l'une de ses plus brillantes étoiles, la natation française, grande pourvoyeuse de breloques olympiques (quatre titres, deux médailles d'argent, une en bronze), traverse une période bien compliquée.

>> LIRE AUSSI - Le livre choc d'Amaury Leveaux