Murray, "champion sans couronne"

  • A
  • A
Murray, "champion sans couronne"
@ Montage The Daily Mail/The Sun
Partagez sur :

WIMBLEDON - Au lendemain de sa défaite en finale, la presse britannique célèbre son joueur.

En Grande-Bretagne, l'attente autour de la finale d'Andy Murray face à Roger Federer, dimanche, à Wimbledon, était forte. Et c'est un euphémisme. Soixante-seize ans que les Britanniques attendent un successeur à Fred Perry. Et l'hommage dans la presse, lundi, est à la hauteur de la performance de l'Ecossais. Certes, Murray, battu en quatre sets par Roger Federer, n'a pas gagné mais il a réalisé, et de loin, son meilleur match en finale d'un Grand Chelem. Ce qui fait dire à l'un des éditorialistes du quotidien The Guardian que "Murray est déjà un champion, même sans la couronne de Wimbledon".

"Murray n'est pas si loin de Federer et il peut être fier de son match, même si, avec la douleur de la défaite, une telle idée est une bien maigre consolation", écrit Kevin Mitchell. Pour lui, comme pour bon nombre de journalistes britanniques, la finale a sans doute tourné à 1-1 dans le troisième set quand la pluie est venue contraindre les organisateurs à fermer le toit et offrir ainsi à Federer des conditions indoor dans lesquelles il excelle depuis la fin de saison.

Les larmes de Murray à la Une

L'image qui revient à la Une de tous les quotidiens britanniques, ce sont les larmes de Murray, qui a craqué lors de la remise des trophées. Le quotidien populaire le Daily Mail les juxtapose avec celles de sa compagne Kim Sears et le regard plein de compassion de la duchesse de Cambridge, Kate Middleton, venue assister à la rencontre avec sa sœur, Pippa. "Ne pleurez pas les filles, il nous a rendus fiers", titre le quotidien, avec, sous le montage photo, cette accroche : "le jour où une nation est tombée amoureuse d'Andy Murray".

The Sun 08.07

© The Sun

The Sun, lui, rebondit sur la défaite de Murray pour se projeter sur les Jeux olympiques, qui débutent le 27 juillet prochain, à Londres, avec ce titre : "anyone for Ennis ?" ("Quelqu'un pour Ennis ?"), du nom de la spécialiste de l'heptathlon Jessica Ennis, l'une des meilleures chances de médaille d'or des Britanniques en athlétisme. Ce titre fait écho à celui que The Sun avait mis en Une le 25 juin dernier après l'élimination de l'Angleterre par l'Italie aux tirs au but, en quarts de finale de l'Euro (0-0, 4-2 aux tab). A quelques jours de Wimbledon, The Sun avait alors titré "Anyone for tennis ?" ("Quelqu'un pour le tennis ?"). Après deux déceptions successives, la Grande-Bretagne espère que le vent va bientôt tourner...