Mormeck s'incline contre Klitschko

  • A
  • A
Mormeck s'incline contre Klitschko
@ REUTERS
Partagez sur :

BOXE - Le Guadeloupéen s'est incliné contre le cadet des Klitschko après arrêt de l'arbitre.

Jean-Marc Mormeck, battu par arrêt de l'arbitre au 4e round, n'a pas réussi à créer l'exploit face à l'Ukrainien Vladimir Klitschko, s'inclinant largement dans sa quête de devenir le premier Français champion du monde des lourds, samedi lors d'un combat à Dusseldorf. Invaincu depuis 2004, Klitschko, 35 ans, a logiquement poursuivi sa série et conserve sa triple ceinture WBO-IBF-WBA. Il est venu à bout du Guadeloupéen de 39 ans en le précipitant au tapis d'un enchaînement de coups au 4e round.

Il s'est ensuite relevé mais l'arbitre a préféré mettre un terme au combat, une décision qualifiée de "prématurée" par le Français. "Je suis dégoûté car je ne suis pas KO", a déclaré Mormeck, qui paraissait assez peu éprouvé quelques minutes après son combat, son 4e seulement dans la catégorie des lourds. "Je prends un coup de jus mais je remonte. Il (l'arbitre) doit me compter mais il n'arrive pas à 10 car je suis assez lucide pour me lever", a poursuivi le Français.
"C'est prématuré. Il n'y a rien pour arrêter".

"Respect" pour Mormeck

L'Ukrainien, vainqueur de son 57e combat sur 60 disputés dont 50 avant la limite, n'a cependant jamais été inquiété par son adversaire, qui a payé son déficit de taille (-17 cm), d'allonge (-18 cm) et de poids (-13 kg). Mormeck a été compté par l'arbitre une première fois au milieu du deuxième round, contraint de mettre un genou au sol après un terrible direct du droit. Malgré une attitude très défensive de son adversaire, Klitschko n'a pas eu de mal à trouver la faille, sans jamais prendre de coups.

"Je devais être très agressif", a souligné le cadet des frères Klitschko, exprimant son "respect" pour Mormeck, quelqu'un qui "a su saisir sa chance". "J'ai décidé de le mettre sous pression. Il bougeait beaucoup sa tête, il essayait peut-être de me fatiguer donc j'ai beaucoup frappé pour essayer de le ralentir".

"Je suis un diesel, a dit de son côté Mormeck pour expliquer sa tactique attentiste. Là je suis frustré car je n'ai rien pu faire. Mais je ne vais pas me trouver de prétexte. C'est un mec très grand, il frappe fort, voilà".