Mondiaux : Jalabert croit en Voeckler

  • A
  • A
Mondiaux : Jalabert croit en Voeckler
@ MAXPPP
Partagez sur :

CYCLISME - Le sélectionneur affirme sa confiance à Voeckler dans un entretien à L'Equipe.

Cela fait 15 ans que la France attend un successeur à Laurent Brochard, champion du monde à Saint-Sébastien, en 1997. Thomas Voeckler pourrait-il être celui-là ? Le sélectionneur de l'équipe de France, Laurent Jalabert, y croit. Il a en tout cas bâti son équipe autour du leader de l'équipe Europcar, particulièrement brillant sur le dernier Tour de France (deux étapes et le maillot à pois).

"Vous savez, j'aurais pu consulter les directeurs sportifs, bâtir une équipe de France-récompense, ne faire que des satisfaits, j'ai préféré faire ma sauce, avec des néophytes, fiers, motivés, autour de celui qui pourra porter le plus haut les couleurs de la France", se justifie le patron des Bleus dans un entretien accordé au quotidien sportif L'Equipe.

"Je crois que c'est plutôt couillu"

Jalabert sait qu'avec ce choix, il s'expose aux critiques. "Je crois que c'est plutôt couillu mais vachement risqué oui, un peu comme au casino quand tu mises tout sur un seul numéro." Sur un parcours exigeant, qui rappelle les classiques du printemps, ce "numéro" aurait pu être Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step), qui fut leader lors de la course en ligne des Jeux olympiques. "Je ne dirai pas qu'il n'est pas subtil, mais il sent moins la course que Voeckler", argumente Jalabert. "Voeckler (ici sur le Tour) a (lui) un sens inné de la course qui m'épate."

Thomas Voeckler (930x620)

© REUTERS

Après l'échec des Jeux olympiques, où aucun des quatre Français n'avait joué un rôle majeur dans la course, Jalabert sait que rien ne lui sera pardonné. "Dans la situation où je suis, il n'y a qu'une chose qui me donnera raison, c'est que Voeckler soit sur le podium. Dans tous les autres cas, je me ferai descendre et c'est pour ça que j'ai voulu un groupe en accord avec ma philosophie, avec un seul leader pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, que personne, contrairement aux autres années, ne puisse se dire, à aucun moment : "je vais faire ma course"."

Autour de Voeckler, Jalabert a construit une équipe sans autre gros calibre, à l'exception de Chavanel, qui en sera après avoir hésité. Maxime Bouet (AG2R), Jérôme Coppel (Saur-Sojasun), Mickaël Delage (FDJ-BigMat), Tony Gallopin (Radioshack Nissan), Vincent Jérôme (Europcar), Jérémy Roy (FDJ) et Arthur Vichot (FDJ-BigMat) seront donc totalement dévolus à Voeckler ("sans être huit à lui apporter des bidons", précise Jalabert). Mais ils ne seront pas de trop pour l'aider car l'Alsacien, peu apprécié dans le peloton, ne devrait pas bénéficier d'un quelconque coup de pouce d'une autre équipe. "Les étrangers ne l'aiment pas, ils me le disent. En même temps, bien que le connaissant, ils se font avoir." Alors, il reste toujours un (petit) espoir de voir Voeckler porter l'arc-en-ciel après le Jaune et les pois.