Mondiaux d'athlétisme : 5 raisons de les suivre

  • A
  • A
Mondiaux d'athlétisme : 5 raisons de les suivre
Partagez sur :

Malgré l’absence de nombreuses stars, il y aura du spectacle et des athlètes, notamment dans les rangs français.

Yohan Blake, Tyson Gay, Asafa Powell (sprint), David Rudisha (800m), Veronica Campbell-Brown (200m), Blanka Vlasic (saut en hauteur) ou encore Caster Semenya (800m) : les Mondiaux de Moscou ont subi une véritable hécatombe, pour diverses raisons. Entre blessures et contrôles positifs à des produits interdits, l’athlétisme n’étrennera pas au stade Loujniki ses plus belles étoiles, du 10 au 18 août. Mais ce n'est pas une raison pour bouder la compétition, qui promet du spectacle et des stars. Voici 5 bonnes raisons de suivre les Mondiaux d'athlétisme.

Usain Bolt aux Jeux (930x620)

© REUTERS

Le roi Bolt a une revanche à prendre (sur lui-même). Qui pour détrôner le roi Usain Bolt de son piédestal ? Personne. Les absences sur 100 et 200m sont nombreuses. Pas de Yohan Blake, champion du monde en titre mais contraint de déclarer forfait à cause d’une blessure aux ischio-jambiers, pas d’Asafa Powell ni de Tyson Gay, tous deux contrôlés positifs à des substances illicites. Dès lors la route semble toute tracée vers un énième doublé 100-200 pour "la Foudre" Bolt, recordman du monde sur les deux distances (9’58 sur 100 mètres, 19’19 sur 200 mètres). Mais le sprint contient son lot d’impondérables et le Jamaïcain ne pourra pas dire le contraire. En 2011, il avait tout simplement été disqualifié pour un faux départ en finale.

Pour le consultant athlétisme d’Europe 1, Jean-Claude Perrin, "Bolt a un adversaire terrible, c’est lui-même." Et d’ajouter : "Inutile de dire que le monde entier a les yeux vers lui et sur lui. Est-ce qu’il est capable de supporter cette pression, sans aucun doute. Il a eu un incident à Daegu, je pense que l’expérience lui à servi. C’est un homme qui est mûr, au sommet de son art et de sa maîtrise corporel."

Renaud Lavillenie (930x620)

© MAXPPP

Lavillenie à une barre de la légende. Il a survolé le concours de la perche cette saison, réalisant la meilleure performance mondiale de l’année à Monaco, avec un bond à 5m96. Le Français Renaud Lavillenie règne – à l’image de Bolt sur le sprint – sans partage. Mais le champion olympique de Londres n’a jamais remporté de couronne mondiale en plein air. Si la concurrence allemande sera tenace avec Björn Otto et Raphael Holzdeppe, le Clermontois pourrait mettre tout le monde d’accord.

"Il peut m’arriver plein de choses positives, mais il peut aussi y avoir des athlètes qui se révèlent soudainement, comme ce fut le cas aux derniers Mondiaux à Daegu (il avait terminé 3ème, ndlr)", prévient Renaud Lavillenie au micro d’Europe 1. L'athlète l'assure, "j’ai gagné en maturité, en maîtrise technique pour palier justement à ces éventuelles surprises. On sait que ce n’est jamais gagné d’avance, il y a toujours une part d’aléatoire." Mais avec la marge qui est la sienne, le Français – qui s’est attaqué à Monaco au record de la légende Sergueï Bubka (6m14) - devrait tutoyer les sommets du ciel moscovite.

29.06 Mahiedine Mekhissi champion d'europe du 3000 m streepl. 930620

© REUTERS

Mekhissi enfin en or ? Le "Raymond Poulidor" du 3000m Steeple veut enfin monter sur la plus haute marche du podium. Après avoir effacé, lors du Meeting Areva, le record d’Europe de la distance détenu par son compatriote Bob Tahri, Mahiedine Mekhissi veut maintenant remporter son mano-a-mano avec son meilleur ami et ennemi sur la piste, Ezekiel Kemboi. Par deux fois, le Kényan a terminé devant le Français aux Jeux de Pékin en 2008, puis à Londres en 2012. Mais le Mekhissi cuvée 2013 semble maintenant fin prêt, comme il nous l’a confié. "Avant, j’étais jeune, je n’avais pas assez de recul, maintenant j’ai mûri, je sais comment gérer les grands événements." A confirmer au Stade Loujniki.

La jeune garde française pousse. Si chez les filles c’est un peu le désert, avec la seule Eloyse Lesueur pour viser potentiellement une médaille au saut en longueur, chez les hommes ça se bouscule. Plusieurs athlètes seront à suivre tout particulièrement. Pierre-Ambroise Bosse sur 800m est la nouvelle étoile de l’athlétisme français. Sacré champion d’Europe Espoirs à Tempere en Finlande, le Nantais de 21 ans vise au minimum le podium.

Sur 110m haies, la France a peut-être trouvé le successeur de Ladji Doucouré : Pascal Martinot-Lagarde. Auteur d’une course sensationnelle à Paris en juillet dernier avec un chrono de 13’12, le pensionnaire du club de Montgeron est venu titiller le champion olympique et recordman du monde, l’Américain Aries Merritt. Et il n’a que 21 ans… Florian Carvalho sur 1500m pourrait également créer la surprise.

Isinbayeva fait une pause

© Reuters

Les adieux d’Isinbayeva. La tsarine Yelena Isinbayeva, recordwoman du monde à la perche avec un saut à 5m06, a annoncé qu’elle rangera ses perches à l’issue des mondiaux. Un dernier saut, chez elle, en guise d’adieu pour celle qui a dominé pendant plus de dix ans la discipline. A 30 ans, elle pourrait remporter un troisième sacre mondial.