Mais, au fait, comment vont les Bleus ?

  • A
  • A
Mais, au fait, comment vont les Bleus ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

BASKET - L'équipe de Vincent Collet dispute mercredi soir son quart de finale contre la Slovénie.

Au début de cet Euro, nous étions optimistes sur les chances de l'équipe de France de l'emporter. Quinze jours et huit matches (!) plus tard, les Bleus sont bien au rendez-vous des quarts de finale. Mardi soir, ils affronteront la Slovénie (21h00) après avoir alterné le bon et le moins bon lors des deux premières phases. A quelques heures d'un match-couperet très attendu, Europe1.fr a établi le diagnostic des Bleus.

Collet avec De Colo (930x1240)

© MAXPPP

Des hauts et des bas. Trois défaites en huit matches. Voilà le bilan des Bleus avant de disputer les quarts de finale. "On sait que le quart de finale, je l'ai toujours dit, est le match le plus important de cet Euro", a souligné l'entraîneur des Bleus, Vincent Collet. "Il y a différentes façons d'y parvenir. On peut y parvenir en étant dominateurs, ça n'a pas été notre cas. Mais ça n'a pas été le cas de beaucoup d'équipes dans cet Euro." En effet, outre la France, la Serbie, l'Espagne, la Slovénie et l'Ukraine ont également concédé trois défaites sur le chemin des quarts de finale. "Tu peux dire tout ce que tu veux, tu peux être à 8 victoires - 0 défaite, si tu ne gagnes pas le quart de finale, j'ai envie de te dire "tout le monde s'en fout"", insiste le pivot des Bleus, Alexis Ajinça. Ce quart est d'autant plus capital que son vainqueur sera automatiquement qualifié pour la prochaine Coupe du monde, qui aura lieu l'année prochaine, en Espagne.

A prescrire : agressivité. Lors de ses trois revers - et notamment le premier, contre l'Allemagne (80-74) -, la France a parfois péché par manque d'agressivité. Mardi, il faudra l'être car la Slovénie, elle, est passée maîtresse dans l'art de mettre du rythme dans tous les coins du terrain. "Il faudra beaucoup d'agressivité et, malgré tout, ça peut ne pas être suffisant", s’excuse presque déjà Vincent Collet. "Mais il faudra qu'on le soit, contre sans doute l'équipe la plus agressive du tournoi. Ce que les Serbes nous ont imposés en termes de dureté (lors du dernier match de la deuxième phase, perdu 77-65 ndlr) va être encore plus important. (...) Même quand tu es à 100%, ils arrivent à placer des contre-attaques. Donc, si à un moment donné, on ne fait pas l'effort, on sera sanctionné de façon systématique." Il faudra notamment que les Bleus soient efficaces au rebond, l'un des points forts de la Slovénie. Depuis le début de la compétition, les joueurs de Vincent Collet ne pointent qu'à la 15e place avec 34,9 rebonds par match alors que les Slovènes en cueillent cinq de plus en moyenne (39,8)...

Pietrus face à la Serbie (930x620)

© MAXPPP

Opération commando à renouveler. Affronter le pays-hôte lors du premier match couperet d'un Euro, l'équipe de France l'a déjà fait. C'était en 2005 face à la Serbie-Monténégro. "On va jouer contre une équipe de Slovénie qui va être surmotivée, un peu à l'image de ce qu'on avait vécu en Serbie", a rappelé Tony Parker. "En 2005, avec les anciens (Diaw, Pietrus et Gelabale), on avait vécu ça à Novi Sad." Et vous savez quoi ? Les Bleus l'avaient emporté, avant de chuter quelques jours plus tard en demi-finales contre la Grèce. Mercredi soir, il faudra résister à la pression des 10.000 personnes de la Stozice Arena. En plus de l'agressivité, il faudra donc avoir fait aussi le plein de sérénité.

Un exemple à suivre. Maître à jouer de l'équipe de France, Tony Parker a tenu son rang depuis le début de la compétition, avec 17,3 points de moyenne, 3,9 passes décisives et une adresse de 63%. Le meneur de jeu des Spurs, essentiel à la bonne marche des Bleus, a notamment inscrit 28 points contre l'Ukraine et 23 face à la Lettonie. Mercredi soir, il va retrouver en face de lui une sorte de double, Goran Dragic, meneur rapide qui évolue également en NBA, aux Phoenix Suns.  "Il y a des joueurs (slovènes) qui sont très, très performants (lors de cet Euro), qui sont au-dessus de leur niveau", considère "TP". "Ils jouent à domicile, donc avec plus de confiance. C'est une équipe très, très forte au rebond, au rebond offensif. Et leur contre-attaque, on pourrait même la comparer à celle des USA, ça va très, très vite." Heureusement, les USA, Parker connaît bien ça, tout comme Nicolas Batum ou Boris Diaw, les deux autres joueurs NBA du cinq de départ. Ils connaissent aussi parfaitement la signification du terme "money time". Et le "money time" pour les Bleus, c'est plus que jamais mercredi soir.