Dopage : le marcheur Bertrand Moulinet contrôlé positif

  • A
  • A
Dopage : le marcheur Bertrand Moulinet contrôlé positif
@ Franck FIFE/AFP
Partagez sur :

DOPAGE - L'athlète tricolore a révélé lui-même son contrôle positif "à une substance interdite", sur son compte Facebook.

"Bonsoir à tous, je vous informe que je viens d'être contrôlé positif à une substance interdite par le Code Mondial anti-dopage en l'espèce du FG4592 (un agent stimulant l'érythropoïétine, l'EPO, ndlr). Les gendarmes de l'OCLAESP (Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique, ndlr) sont venus à mon domicile ce matin pour effectuer une perquisition. J'ai reconnu avoir fait usage de cette molécule et déclaré vouloir renoncer à l'analyse de l'échantillon B."

C'est par ces mots, publiés mercredi soir sur con compte Facebook, que le marcheur français Bertrand Moulinet a avoué mercredi soir s'être dopé. "Je suis très peiné pour les personnes qui fondaient espoir en moi et qui m'ont soutenu lors de ma pratique sportive en compétition. Je ne peux que dire que les effets n'en valent pas le risque, et que maintenant je vais devoir faire face aux conséquences de mes actes", conclut-il.

Lors des derniers Jeux olympiques, Bertrand Moulinet avait pris la 8e place du 20 kilomètres marche et la 12e du 50 km. Après quelques années moins abouties sportivement, il avait bien débuté la saison en prenant notamment la deuxième place des 20 kilomètres d'Arles derrière son compatriote Yohann Diniz, triple champion d'Europe.

Une valise de produits en cours d'analyse ? L'athlète tricolore, âgé de 28 ans, a en fait confirmé de son propre chef une information révélée mercredi par le site spécialité spe15.fr, qui détaillait les circonstances de l'intervention des gendarmes au domicile de Moulinet à Font Romeu. Le marcheur tricolore aurait notamment essayé de dissimuler une valise comprenant des produits suspects. Celle-ci devrait faire l'objet d'analyses.

Lors des JO de Londres, Moulinet avait accordé un entretien au quotidien Le Monde dans lequel il faisait part de ses doutes sur les marcheurs chinois, qui avaient pris trois des quatre premières places du 50 km marche. "Je n'ai pas envie d'insinuer qu'ils sont dopés. Mais voilà, ce pays est le fournisseur mondial des produits dopants", disait-il alors avant d'ajouter : "Je travaille proprement. Dans huit ans, on pourra analyser tous mes échantillons : je serai tranquille, ce qui ne sera peut-être pas le cas de tous les marcheurs des Jeux de Londres." Jeudi matin, le marcheur tricolore a changé sa photo de profil Facebook, une publicité pour un produit énergisant, par un simple panneau noir entouré de blanc.

>> LIRE AUSSI - Natation : le livre de Leveaux créé des remous à la fédération