Le dernier vainqueur français de Roland-Garros, c'est lui

  • A
  • A
Le dernier vainqueur français de Roland-Garros, c'est lui
@ DR
Partagez sur :

ROLAND-GARROS - Stéphane Houdet s'est qualifié jeudi pour la finale handisport du tournoi.

Le successeur de Yannick Noah a disputé sa demi-finale sur le court n°7, jeudi. Il ne s'agit bien sûr pas de Jo-Wilfried Tsonga, qui doit affronter l'Espagnol David Ferrer vendredi sur le Central, mais de Stéphane Houdet. L'an dernier, ce champion français de tennis en fauteuil, n°2 mondial, a mis fin à 29 ans de disette tricolore dans le simple messieurs de Roland-Garros en remportant la finale. Jeudi, le natif de Saint-Nazaire, âgé de 42 ans, s'est offert le droit de défendre son titre en battant en demi-finales le Britannique Gordon Reid, de 21 ans son cadet, en deux sets (6-3, 6-4).

Houdet

© MAXPPP

Entre 100 et 150 personnes, dont des enfants et plusieurs groupes de personnes handicapées, étaient venues assister à cette rencontre disputée sur un court annexe, sans caméra télé et dos au Central. Pendant la rencontre, on a ainsi pu entendre la cérémonie protocolaire de remise du trophée aux vainqueurs du double mixte…

 "C'est une histoire de capacité. Il vaut toujours mieux un petit court rempli qu'un grand court à moitié vide", soulignait le champion, debout grâce à une prothèse. . "4.000 personnes sur le Lenglen, ça ferait bizarre, 4.000 personnes sur le 7 comme j'ai vu hier (mercredi) ou avant-hier (mardi), c'est énorme. En général, les gens qui sont venus voir du tennis en fauteuil ont aimé et ils reviennent."

Reposant sur les mêmes règles que le tennis traditionnel (jeux, sets, service tournant, etc.), il en diffère principalement par rapport au nombre de rebonds. Deux sont autorisés dans le tennis en fauteuil, où les déplacements sont difficiles et le placement, donc, primordial.

Le remake de la finale de l'an dernier

C'est l'une des forces du prochain adversaire de Houdet en finale, le Japonais Shingo Kunieda, qu'il avait battu l'an dernier dans le jeu décisif de la dernière manche. "Kunieda est très malin dans son placement", souligne Houdet. "Il fait peu de fautes, il ne donne rien, il faut vraiment aller chercher les points. En fin de match, c'est dur, surtout sur terre battue, où c'est plus difficile pour se déplacer. Celui qui prend l'initiative a un gros avantage dans l'échange, donc il faut y aller." C'est ce que le Français a bien réussi, jeudi, en commettant très peu de fautes directes.

Trois médailles olympiques à son palmarès

Mais comme chez les valides, le jeu n'est évidemment pas la seule donnée pour être performant. Le mental joue également un très grand rôle. Et c'est peu dire que Stéphane Houdet  a un mental de champion. Privé de l'usage de son genou gauche après un accident de moto en 1996, il est rapidement devenu champion de golf handisport avant de se lancer dans le tennis en fauteuil en 2004. Egalement docteur en médecine vétérinaire, il est aujourd'hui employé civil du ministère de la Défense en parallèle de sa carrière de tennisman.

Stéphane Houdet, 930

© MAXPPP

Comme tout champion, il ne laisse rien au hasard, dans sa préparation comme dans le choix de son matériel. Il dispose ainsi d'un fauteuil avec des roues en carbone et joue, à la différence de son adversaire de jeudi, avec des gants pour une meilleure préhension de sa raquette. Déjà vainqueur de 61 tournois dans sa carrière et triple médaillé olympique (en or en double en 2008 avec Michael Jérémiasz, en argent en simple et en bronze en double l'an dernier, à Londres), il va tenter de remporter un deuxième tournoi du Grand Chelem porte d'Auteuil.

"Quand on se prépare, on se prépare pour jouer ses matches-là", a-t-il souligné. "Demain (vendredi), c'est LE match, il faut concrétiser." Vendredi, lui disputera sa finale tandis que Tsonga tentera de décrocher la sienne. Mais Stéphane Houdet ne lui envie pas sa notoriété. "C'est une chance, je vais pouvoir aller manger tranquillement et je n'ai pas besoin d'escorte pour aller à l'entraînement", sourit-il. "Demain soir (vendredi soir), je sais que, quoi qu'il arrive, ce sera dans un resto en famille, et personne ne me reconnaîtra." Ce ne sera pas la seule différence : s'il gagne, Stéphane Houdet gagnera 15.000 euros. Le vainqueur chez les valides empochera lui 1.500.000 euros.