Lavillenie : "un incident improbable"
Renaud Lavillenie n'a pas réussi à se consoler après la décision des juges... © REUTERS

VIDÉO - Champion d'Europe, Renaud Lavillenie s'est vu refuser un saut à 6,07 m. Pourquoi ?

L'Info. Une victoire n'est pas toujours suffisante pour un grand champion. Dimanche après-midi, le perchiste français Renaud Lavillenie a conservé son titre de champion d'Europe en salle avec un saut à 6,01 m mais il a achevé son concours sur une énorme frustration. Les juges lui ont refusé un saut à 6,07 m qui paraissait pourtant valable. La barre n'est pas tombée mais un point de règlement ne permettait pas aux juges de l'entériner...


"Tout le monde a vu cette barre rester". L'athlète français est longtemps resté prostré, en pleurs, sur la piste de Göteborg. "Ça aurait pu être un jour extraordinaire mais je reste sur un sentiment d'inachevé. Tout le monde a vu cette barre rester", a expliqué Lavillenie après la compétition. Et d'en rajouter une couche : "il y a des règles qui sont stupides. On nous met tellement de bâtons dans les roues : on nous réduit le temps des sauts, on nous réduit la longueur des taquets... au final on n'est pas dans les mêmes conditions qu'il y a 20 ans quand il y avait le record du monde (de Bubka, ndlr). Ça fout vraiment les boules".


Taquet

Pourquoi son saut n'a pas été validé ? Après deux échecs, Renaud Lavillenie franchit 6,07 m à son dernier essai. Mais les juges n'ont pas validé son saut car après un rebond, la barre s'est retrouvée en appui sur un soutien métallique en retrait des poteaux (photo), ce qui est malheureusement interdit par le règlement. L'article 183-1.a des règlements de l'IAAF prévoit que "l'athlète fait un faute si, après le saut, la barre ne reste pas sur ses deux taquets du fait de l'action de l'athlète durant le saut".