La sanction maximale pour les Karabatic

  • A
  • A
La sanction maximale pour les Karabatic
@ MAXPPP
Partagez sur :

HAND - Dans l'affaire des "paris suspects", sept joueurs sont suspendus pour six matches.

• La sanction maximale. Nikola Karabatic et les six autres joueurs impliqués dans l'affaire de soupçons de match truqué de Montpellier sur fond de paris sportifs ont écopé d'une suspension de six matches par la commission de discipline de la Ligue nationale de handball, a annoncé celle-ci mardi, confirmant une information de L'Equipe. "La commission de discipline, estimant que des éléments objectifs, précis et concordants emportaient son intime conviction" a décidé "d'infliger à chacun des joueurs concernés la sanction de 6 dates de suspension fermes", soit la sanction sportive maximale prévue par les textes, a ajouté la LNH. 

>> A LIRE AUSSI : Ce qu'a dit Karabatic au juge

• Les joueurs peuvent faire appel. La commission de discipline a décidé "de reconnaître Messieurs Mladen Bojinovic, Dragan Gajic, Samuel Honrubia, Nikola Karabatic, Luka Karabatic, Primoz Prost et Issam Tej coupables d'avoir participé directement ou par personne interposée à des prises de paris sur le résultat du match" Montpellier-Cesson le 12 mai dernier, a précisé la LNH. Elle précise qu'elle a infligé la sanction maximale, "compte tenu de la gravité des faits reprochés, constituant un comportement non conforme aux principes et aux règles déontologiques applicables à la pratique du handball et portant ainsi une atteinte manifeste aux valeurs défendues par la Ligue Nationale de Handball". Les joueurs ont cinq jours pour faire appel de cette décision devant le jury d'appel de la Fédération française de handball.

• Des paris jusqu'à 88.000 euros. Le 12 mai dernier, Montpellier, alors déjà assuré d'être champion, avait perdu contre Cesson, et la justice soupçonne ce match d'avoir été truqué sur fond de paris de certains joueurs héraultais. Dans le volet judiciaire de cette affaire, treize personnes ont été mises en examen pour escroquerie et/ou complicité d'escroquerie présumée au préjudice de la Française des Jeux. Les paris s'étaient élevés à 88.000 euros.