L'affaire Puerto devant la justice

  • A
  • A
L'affaire Puerto devant la justice
@ REUTERS
Partagez sur :

DOPAGE - Après l'affaire Armstrong, le procès de l'affaire Puerto s'est ouvert, lundi à Madrid.

• L’info. Quelques jours seulement après les révélations de Lance Armstrong, une autre affaire de dopage devrait faire grand bruit. Le procès de l'affaire Puerto s'est ouvert lundi à Madrid, sept ans après le coup de filet de la Garde civile qui avait démantelé un vaste réseau de dopage sanguin, mais n'a abouti qu'à une poignée de sanctions insuffisantes pour laver l'image du sport espagnol.

• Un rappel de l'affaire. Le 23 mai 2006, après une enquête de plusieurs mois, la police avait mis la main sur de nombreux produits dopants et quelque 200 poches de sang dans plusieurs appartements de Madrid. Ce même jour, elle avait arrêté plusieurs responsables (médecins, directeurs sportifs et préparateurs physiques) accusés d'être les organisateurs du réseau.

• Aucun sportif parmi les accusés. Même si aucun sportif ne figure parmi les accusés, certains comptent d'ailleurs sur ce procès pour voir le volet sportif de l'affaire renaître de ses cendres, dans la foulée de l'affaire Armstrong, déchu de ses sept victoires sur le Tour de France (1999-2005) des années après les faits.

• Le rôle du Docteur Fuentes. Prévue lundi, l'audition du docteur Eufemiano Fuentes a été reportée à mardi. Les fans de cyclisme connaissent tous ce nom. Ce médecin de 57 ans est considéré comme le cerveau du réseau. S'il a admis avoir fourni une assistance médicale à plusieurs dizaines de cyclistes, il s'est toujours dit innocent d'avoir commis ce dont on l'accuse : un délit contre la santé publique. Dans son écrit de défense cité par El Pais, le médecin assure ainsi que "le sang et le plasma furent toujours conservés dans des conditions idéales" et qu'"aucun des sportifs dans cette affaire n'a été atteint dans son intégrité physique". C'est sur cette question (et non sur le dopage, qui n'était pas un délit en Espagne au moment des faits) que devrait se cristalliser une bonne partie du procès, prévu jusqu'au 22 mars.

• D'autres sports inquiétés. Au départ, les enquêteurs avaient affirmé que cette affaire ne concernait pas uniquement des cyclistes. Fuentes en personne avait déclaré au journal français Le Monde avoir eu "d'autres sportifs comme clients : athlètes, joueurs de tennis, footballeurs", avant de se rétracter. Dans le rapport de la Garde civile était seulement apparue une liste de 58 clients présumés, tous cyclistes, dont seulement six avaient au final subi une sanction sportive (comme l'Espagnol Valverde, l'Allemands Ullrich ou l'Italien Basso). Ce procès pourrait donc aussi relancer les procédures sportives, même si Fuentes, a toujours été connu pour sa légendaire discrétion...