"Karabatic n'est pas un voyou"

  • A
  • A
"Karabatic n'est pas un voyou"
"Les frères Karabatic ont été très ébranlés par le lynchage médiatique".@ REUTERS
Partagez sur :

HAND - L'agent des frères Karabatic raconte leur situation une semaine après leur mis en examen.

La semaine dernière, Nikola, Luka Karabatic ainsi que sept autres joueurs ont été mis en examen dans l'affaire du match présumé truqué entre Montpellier et Cesson-Sévigné. Depuis, les frères Karabatic n'ont pas le droit d'approcher leurs coéquipiers et ne peuvent s'entraîner. Leur agent raconte leur situation actuelle.

"Le handball guide leur vie"

Karabatic-3
"Nikola, Luka et toute la famille Karabatic ont été très touchés" par cette affaire, confie à Radio France Ong Bhakti, l'agent de Nikola Karabatic. "Ils sont empêchés de travailler, ils ne peuvent voir aucun de leurs amis du club. Ils vivent les choses un petit peu par procuration. Leur souhait, c'est de rejouer au plus vite au handball, c'est ce qui guide leur vie".

>>> A LIRE : Karabatic et le casse-tête du rebond

"Ils ont été très ébranlés par le lynchage médiatique, par le fait qu'on personnalise tout autour de la personne de Nikola", poursuit son agent. Visiblement, les handballeurs de Montpellier mis en examen pour "escroquerie" n'ont pas apprécié être assimilés à des "voyous, des chefs de bande mafieux arrêtés en grande pompe". Et de réaffirmer : "tout le monde sait que ce ne sont pas des voyous".

Karabatic préfère garder le silence

"Nikola a envie de rejouer au handball. La question est : est-ce que Montpellier voudra qu'il revienne", admet son agent au micro de Radio France. Depuis le match contre le PSG et leur mise en examen dans la foulée, les frères Karabatic n'ont plus rejoué. "Luka et Nikola ont regardé les matches à la télé et supporter leurs coéquipiers. Ils auraient rêvé pouvoir être avec eux au moins dans la salle. Malheureusement les conditions du contrôle judiciaire ne leur permettait pas de le faire".

Karabatic-2

Depuis le début de l'affaire, Nikola Karabatic ne s'est toujours pas exprimé. Une seule réaction sur son compte Facebook. Rien de plus. "Il garde le silence parce qu'il y a un temps pour tout", explique son agent Ong Bhakti. "Il y a eu beaucoup de déchaînement médiatique. Il ne faut pas remettre de l'huile sur le feu. Il sera temps de s'exprimer un jour c'est sûr".