Justice à grande vitesse pour les JO

  • A
  • A
Justice à grande vitesse pour les JO
Des policiers patrouillent déjà aux alentours des sites olympiques de Londres.@ REUTERS
Partagez sur :

Les tribunaux anglais jugeront plus rapidement les délits liés aux Jeux olympiques.

Pas question de se laisser déborder comme pendant les émeutes qui ont frappé Londres l'été dernier. Les autorités britanniques ont décidé d'adapter le fonctionnement des tribunaux pendant les Jeux olympiques de cet été. L'objectif est de pouvoir juger très rapidement les personnes suspectées d'avoir commis un délit lié à la compétition, rapporte le quotidien anglais The Times. Le dispositif, en vigueur depuis le 1er mai, sera maintenu jusqu'au 30 septembre.

"L'infraction olympique" créée pour l'occasion

Le ministère public a créé pour l'occasion une nouvelle catégorie pénale : l'infraction olympique, qui recouvre notamment les agressions, les vols à la tire commis par des pickpockets ou encore la revente de billets. Les critères pour déterminer si un délit entre dans cette catégorie seront le lieu et la période où il a été commis, mais aussi si l'auteur ou la victime sont un athlète, un spectateur ou un officiel.

Pour faire face à une éventuelle montée de ces infractions, les suspects seront inculpés dans l'heure qui suit leur arrestation - les procureurs seront sur le pont 24 heures sur 24 - et jugé dès le lendemain. Les tribunaux seront ouverts de 8 heures du matin à 19h30 - soit deux fois plus longtemps qu'en temps normal - et certains siègeront même le samedi. Néanmoins, aucune audience de nuit n'est prévue.

Des comparutions par visio-conférence

Par souci d'efficacité, et pour éviter que les policiers perdent du temps dans les embouteillages londoniens, des auditions devant le juge pourront aussi avoir lieu à distance, grâce à un système de visio-conférence entre les commissariats et les tribunaux. Seront concernés les tribunaux de Londres, mais aussi ceux de Weymouth et Portland, dans le Dorset, où auront lieu les épreuves nautiques.

"Beaucoup de gens qui viennent assister aux JO n'habitent pas ici. C'est pourquoi, il est important qu'en cas d'infraction, nous agissions rapidement", a justifié Alison Saunders, procureure en chef de la Couronne pour Londres. "Les gens qui auront commis un délit le mardi seront traduits devant le tribunal le mercredi... Nous avons tiré la leçon des émeutes de l'été dernier", a-t-elle ajouté.

Néanmoins, les autorités britanniques ne prévoient pas particulièrement de hausse des affaires criminelles. Alison Saunders rappelle qu'à l'occasion des Jeux du Commonwealth, qui s'étaient tenus à Manchester, le taux de criminalité avait baissé : "peut-être parce que les gens étaient occupés et qu'il y avait un facteur 'bien-être'".

Des renforts de pickpockets déjà sur place

Mais, d'après The Telegraph, des groupes mafieux auraient déjà fait venir à Londres des dizaines d'immigrés d'Europe de l'Est dans le but de les faire travailler comme mendiants, pickpockets ou prostituées aux endroits stratégiques.