Il y a désormais deux PSG en France

  • A
  • A
Il y a désormais deux PSG en France
@ MAXPPP
Partagez sur :

HAND - Le championnat de France de D1 débute avec un nouvel épouvantail : le PSG handball.

Jeudi soir, un mois après le foot, Montpellier a remis en jeu son titre de champion de France de handball en écrasant le promu Billère (50-24). Cette saison, les Héraultais auront un nouvel adversaire redoutable : le PSG. Car, depuis le 4 juin, le Paris Handball s'appelle à nouveau PSG, comme ce fut le cas en association avec Asnières entre 1992 et 2002. Avec l'argent et les méthodes de Qatar Sports Investment, nouveau propriétaire, le PSG Handball, 12e du championnat l'an dernier, s'est donné les moyens de tout renverser sur son passage, en appliquant la même tactique qu'au foot. Revue de détails.

Le même slogan. Après une décennie passée hors du giron rouge et bleu, le club de la capitale a repris la "marque" aux trois lettres et fait désormais partie intégrante du projet d'un PSG omnisports. A tel point que lors de la présentation faite mardi au Parc des Princes, le slogan du foot s'affichait en lettres capitales : "rêvons plus grand". Et le PSG Handball s'en est donné les moyens.

Slogan "Rêvons plus grand" du PSG (930x310)

© psghand.fr

Le plus gros budget. Avec un peu plus de sept millions (la réalité flirterait avec les 9 millions selon certains), le PSG Handball dispose, juste devant son rival Montpellier, du plus gros budget de Division 1, tout comme le PSG en Ligue 1.  Bon, il y a juste une petite différence d'échelle puisque le budget du PSG version football atteint les 300 millions d'euros, soit environ 40 fois plus.

Un recrutement pharaonique. Lors de sa première saison à la tête du PSG foot, Qatar Sports Investment avait recruté pas moins de onze joueurs (mercatos d'été et d'hiver). Les dirigeants ont fait à peine moins pour le handball avec l'arrivée de dix joueurs. Là aussi, ils viennent de grands championnats européens (4 d'Espagne et 2 d'Allemagne) et possèdent tous une expérience internationale.

Des internationaux français. Mardi, face à la Biélorussie, l'équipe de France a achevé sa rencontre avec quatre joueurs du PSG sur le terrain : Christophe Jallet, Mamadou Sakho, Blaise Matuidi et Jérémy Ménez. Mais le PSG Handball aura aussi ses internationaux tricolores. Ils sont trois à être arrivés cet été : Luc Abalo, Didier Dinart et Samuel Honrubia, trois joueurs qui ont été sacrés champions olympiques en août.

Zlatan Ibrahimovic et Mikkel Hansen (930x620)

© Montage MAXPPP

Une star scandinave. Le foot a Zlatan Ibrahimovic, le hand aura Mikkel Hansen. Si vous n'êtes pas très au fait des choses du handball, vous ne savez peut-être pas que ce joueur danois, transfuge de Copenhague, a été élu meilleur joueur du monde en 2011. "Quand j'ai vu la nature du projet et les grands joueurs qui avaient déjà signé, je n'ai pas hésité", a souligné le nouvel arrière gauche parisien. Face à cet afflux de stars, Dinart a même lâché : "j'ai l'impression de me retrouver en 2003 quand on a monté une Dream Team à Ciudad Real". Le rêve, un terme décidément très à la mode du côté du Parc des Princes.

Philippe Gardent (930x1240)

© MAXPPP

Un entraîneur reconnu. S'ils avaient laissé une demi-saison à Antoine Kombouaré avant de le virer, les dirigeants du PSG ont cette fois placé "leur" entraîneur dès la reprise. Comme Carlo Ancelotti, c'est un ancien joueur de haut niveau, à savoir Philippe Gardent,  qui a pris en mains les destinées du club. Champion du monde avec la génération des "Barjots" en 1995, il a fait grandir Chambéry pendant ses 16 saisons passées en Savoie. "Il faut décrocher un billet européen et, oui, secrètement on rêve de mieux. Si je vous dis autre chose vous n'allez pas me croire", a expliqué "Boule".

Une ambition européenne. Si le PSG a recruté autant, ce n'est pas seulement pour mettre fin à la mainmise de Montpellier sur le championnat de France. C'est aussi pour briller, à terme, au niveau continental. "On ne se cache pas qu'au PSG, l'ambition va être dans quelque temps de gagner des titres européens", a reconnu Gardent. "Il faudra donc rivaliser avec les Kiel, Hambourg, Ciudad (devenu l'Atletico Madrid en 2011), ou Barcelone."

Des projets de délocalisation.  Au moment de recevoir Montpellier, le 30 septembre prochain, lors du choc de la 3e journée, la salle Pierre de Coubertin (3.500 places) risque de paraître un brin étroite. Les dirigeants ont en projet de délocaliser certaines affiches, comme il en fut un temps question avec le foot. Bercy et ses 10.000 places offrirait un cadre idéal pour les affiches du PS version hand.

Une pancarte dans le dos. A l'instar de ce qui se passe en Ligue 1, le PSG et ses stars savent qu'ils vont être très attendus dans les salles de France et de Navarre. Jamais avare de bons mots, le nouvel entraîneur parisien, Philippe Gardent, a lâché : "on n'est pas l'équipe à battre mais à abattre." Et l'ancien pivot sait ce que c'est d'être honni. Dans les années 1990, il était de l'aventure de l'OM Vitrolles de Bernard Tapie, vainqueur de la Coupe d'Europe des vainqueurs de Coupe en 1993.

Samuel Honrubia (930x620)

© MAXPPP

Du temps pour gagner. Le discours est le même qu’au foot : avant de gagner, le PSG demande du temps.  "Notre passif en termes de préparation nous incite à beaucoup d'humilité. On a trois semaines de vécu collectif. Dix nouveaux joueurs (ici Honrubia, photo), c'est énorme au regard d'un effectif de handball. Laissez-nous construire tout ça", souligne l'ancien gardien international Bruno Martini, manager du club. Si le PSG du hand version Qatar finit deuxième derrière Montpellier pour sa première saison, ce ne sera donc pas une catastrophe.

Et après... Le modèle du foot a été dupliqué au handball. Pourrait-il l'être à l'avenir dans d'autres sports ? Sans aucun doute si l'on écoute Jean-Claude Blanc, directeur général du PSG : "l'idée de construire assez vite un grand club omnisports fait partie du projet global du Paris Saint-Germain. On ne s'arrêtera pas au handball même si, pour l'instant, il n'y a pas de liste de tel sport ou tel sport ni de timing particulier." Plutôt que le judo, pour lequel l'OM a opté, le PSG pourrait bientôt s'ouvrir à deux autres grands sports collectifs : le volley et surtout le basket.