Mondial de handball : le Qatar est-il un finaliste légitime ?

  • A
  • A
Mondial de handball : le Qatar est-il un finaliste légitime ?
@ AFP
Partagez sur :

LA POLÉMIQUE - L’équipe du Qatar, constituée de nombreux joueurs naturalisés, a créé la sensation de ce mondial de handball en atteignant la finale.

L’exploit est colossal. Le Qatar, vainqueur vendredi soir de la Pologne (31-29), jouera dimanche sa première finale d’un Mondial de handball, face à la France. Personne n’attendait le petit émirat du Golfe à ce stade de la compétition. Le pays hôte a pourtant mieux les moyens pour satisfaire ses (énormes) ambitions. De nombreux joueurs étrangers ont été naturalisés, entraînés par sélectionneur espagnol Valero Rivera, champion du monde avec l’Espagne en 2013. Alors, le Qatar mérite-il d'être en finale ?

>> Europe 1, radio officielle du Mondial de handball, vous fait vivre en direct la finale France-Qatar
>Sur Europe1 (match commenté en direct et en intégralité)
>Sur Europe1.fr (live vidéo à suivre ici : http://www.europe1.fr/direct-video ) 
>Sur le compte Twitter @Europe1

>> LIRE AUSSI : Le Qatar finaliste surprise de son Mondial

Qatar demi finale hand 640

© AFP


OUI ! C'est un des plus grands exploits du sport.

Par Julien Ricotta, journaliste Europe1.fr.

Jamais une équipe non-européenne n’avait atteint la finale d’un championnat du monde de handball. La portée de l’exploit du Qatar est bel et bien historique. En six mois, le commando mené par le général Valero Rivera s’est hissé là où personne ne l’attendait. Même l’émir du Qatar, dans ses rêves les plus fous, n’aurait imaginé une telle performance.

Grâce à l’entraîneur espagnol Valero Rivera, champion du monde 2013 avec l’Espagne, le petit état du Golfe a bouleversé la géopolitique du handball. Dès le premier tour, elle a impressionné tous les observateurs. Puis en quart de finale, c’est l’Allemagne, le pays du handball, qui a subi la loi du Qatar. Et la Pologne, enfin, n’a rien pu faire non plus, en demi-finale.

Alors, oui, cette équipe a été constituée de bric et de broc, à coup de naturalisations. Mais les joueurs du Qatar sont de bons handballeurs, pas des cadors, à l’image du Français Bertrand Roiné, champion du monde 2011 avec les Experts. Les deux seuls stars de l’effectif, ce sont les gardiens Danijel Saric, d’origine bosnienne, et Goran Stojanovic, ex-monténégrin.

Dans ce contexte, le Qatar était loin d'être favori. Et à force de travail et d'abnégation, ce groupe cosmopolite a su hisser son niveau de jeu pour rivaliser avec les meilleurs. Seule la Grèce, championne d'Europe de football en 2004, a créé un plus grand exploit dans l'ère moderne des sports collectifs. En attendant, peut-être, un miracle face à la France, dimanche après-midi...

qatar-interieur-640

© AFP

NON ! Le Qatar décrédibilise le handball

Par Julien Froment, du service des sports d'Europe 1

Si on voulait être mauvaise langue, on pourrait dire que l’équipe de France affrontera dimanche en finale des championnats du monde de handball… les Harlem Globetrotters. Plus sérieusement, le travail fourni par le sélectionneur espagnol Valero Rivera en l'espace de six mois avec la sélection du Qatar et des joueurs venus des quatre coins du monde force le respect. Mais pour quel message envoyé ?

Le Qatar a prouvé que les millions étaient suffisants pour atteindre le toit du monde d’une discipline sportive. Ici, ce ne sont pas uniquement les joueurs qui sont remis en question; comment refuser un tel projet - sportif et financier - quand on n’est même pas sûr d’être titulaire dans son propre pays ?

Ce sont plutôt les méthodes qatariennes qui font tiquer. Achetez tout ce qui bouge pour parvenir à ses fins. Joueurs, supporters, bref, tout faire pour  atteindre dans un laps de temps record, les sommets. Enfin dans cette affaire, la Fédération internationale de handball qui, avec son règlement pour le moins laxiste autorisant ce genre de "transfert" de sélection, n’est pas exempt de tout reproche.

Bref, la finale de dimanche opposera deux visions diamétralement opposées. Une équipe de France basée sur la formation face à une équipe montée de toute pièce à coup de Cheikh… Avant d’être considéré comme une grande nation du handball, le Qatar n’est pour le moment, qu’un mirage dans un désert doré.

>> LIRE AUSSI : Hand, Omeyer et la défense infranchissables