Hand : Omeyer et la défense infranchissables

  • A
  • A
Hand : Omeyer et la défense infranchissables
@ AFP
Partagez sur :

L'équipe de France, impressionnante en défense, est en finale du Mondial grâce à sa victoire sur l'Espagne (26-22).

Ces Bleus sont intraitables. L'équipe de France de handball a battu l'Espagne, vendredi soir, en demi-finale du Mondial (26-22), après un match d'une intensité physique exceptionnelle. Les Bleus disputeront la finale dimanche (coup d'envoi à 17h15) face au Qatar, vainqueur de la Pologne un peu plus tôt. Les Français ont souffert en deuxième mi-temps, ne comptant plus que deux petits buts d'avance à cinq minutes de la fin, après une première mi-temps pourtant presque parfaite. Mais les vagues espagnoles se sont fracassées sur une défense tricolore impeccable, et un Thierry Omeyer au sommet de son art. La France est en route pour décrocher une cinquième étoile historique.

>> Europe 1, radio officielle du Mondial de handball, vous fait vivre en direct la finale France-Qatar

L'homme du match : Thierry Omeyer. Le gardien français a été stratosphérique vendredi soir, au point d'obtenir le titre d'homme du match. Thierry Omeyer a dégoûté les Espagnols, avec un pourcentage d'arrêt ahurissant de 48%. L'Alsacien a maintenu la France à flot dans une fin de match extrêmement tendue, empêchant tout retour au score de l'Espagne. Son double arrêt à la 58e minute, sur Canellas puis Aguinagalde, a mis ainsi un terme aux espoirs espagnols. La Roja ne pouvait rien faire face au meilleur gardien du monde. Avec un "Titi" dans cette forme là, la France ne craint pas grand chose.

>> LIRE AUSSI : Mondial de handball, la France en finale

karabatic-640

© AFP

Le score : la France devant toute la partie. Les Bleus ont souffert pendant les quinze premières minutes d'une deuxième mi-temps disputée comme rarement. Mais les Français, agressifs et disciplinés, ont mené au score durant toute la partie. La première mi-temps a ainsi été dominée dans tous les compartiments du jeu par l'équipe de France, avec un avantage de quatre buts à la pause (18-14). Et même au plus fort de la domination espagnole, au cœur de la deuxième période, les Tricolores sont toujours restés devant. Avant de se détacher en fin de match, sous l'impulsion d'un grand Thierry Omeyer.

La réaction : la Roja a tenté, en vain. Pourtant, l'Espagne n'a jamais abdiqué. Menés de quatre buts à la mi-temps (18-14), les adversaires des Bleus sont revenus des vestiaires avec le couteau entre les dents. La défense espagnole a considérablement resserré l'étau et empêché les Français de déployer leur jeu. En quinze minutes de jeu, les coéquipiers de Nikola Karabatic n'ont ainsi inscrit que deux petits buts. Mais les Français ont parfaitement répondu au défi physique espagnol pour remporter le match par K.O.

La tuile : la blessure de Grebille. C'est le symbole de ce combat de titans : la blessure de Mathieu Grebille. Le joueur du Montpellier Handball s'est fait mal à l'épaule dès le début de la deuxième mi-temps, après un choc impressionnant avec un joueur espagnol. La sortie de l'arrière gauche de l'équipe de France, auteur d'une grosse première mi-temps, a surtout perturbé la machine française. Les Espagnols ont alors profité de la réorganisation tactique, consécutive à son remplacement, pour revenir à deux buts des Bleus. Un trou d'air qui n'a heureusement pas eu de conséquences pour la France.

supporters-640

© AFP

L'objectif : une cinquième étoile. Les Bleus disputeront la finale dimanche, face au pays hôte, le Qatar. Les champions d'Europe ont ainsi l'occasion de marquer un peu plus l'histoire de leur sport. Les Français comptent à l'heure actuelle quatre titres de champions du monde, à égalité avec la Suède et la Roumanie. Une nouvelle victoire ferait donc des Tricolores la nation la plus titrée de l'histoire du handball.