Galles-France : "honneur" et "fierté"

  • A
  • A
Galles-France : "honneur" et "fierté"
Les Bleus et Imanol Harinordoquy vont tenter d'achever leur Tournoi 2012 sur une bonne note.@ REUTERS
Partagez sur :

RUGBY - Les Bleus achèvent leur Tournoi samedi avec de nouvelles têtes et l'envie de bien faire.

En s'inclinant face à l'Angleterre, dimanche dernier, au Stade de France (24-22), l'équipe de France a dit adieu à une victoire dans le Tournoi des Six Nations 2012. Le déplacement à Cardiff, samedi après-midi, comptera donc pour du beurre pour les Bleus. Le fameux match pour l'honneur. "C'est vrai que l'on ne joue pas pour le titre mais pour l'honneur. Et l'honneur, en rugby, c'est important", a souligné le sélectionneur des Bleus, Philippe Saint-André, vendredi. Lors de l'annonce du groupe, jeudi, le boss des Bleus avait également employé le terme de "fierté" : "la fierté d'en débattre, l'envie de ne rien lâcher et montrer que l'équipe de France va tout faire pour battre les Gallois."

Un XV de départ remodelé pour gagner

Au Millenium Stadium, l'enjeu pour l'équipe de France sera aussi de faire (enfin) un match accompli dans ce Tournoi 2012. Pour le moment, les Bleus n'ont battu que l'Italie et l'Ecosse. Pas vraiment un exploit puisque ces deux équipes ont perdu leurs quatre matches et se disputeront samedi, à Rome, la cuillère de bois du Tournoi...

Pour finir sur une note plus positive, et un succès enfin convaincant, "PSA" a décidé de changer ses batteries. Cinq joueurs font leur entrée (ou leur retour) dans le XV de départ : Alexis Palisson, Florian Fritz, Dimitri Yachvili, William Servat et David Attoub. Le pilier du Stade Français, qui a honoré son unique cape internationale il y a six ans, a conscience de l'opportunité qui lui est donnée. "C'est un énorme match, un énorme tournant dans ma carrière et j'espère le prendre correctement", a-t-il reconnu au micro d'Europe 1. "On a vraiment de la chance d'être en équipe de France, il faut la savourer et surtout être bon pour y rester." Et ceux qui vont la quitter (Bonnaire, Servat) ont également envie de réussir leur sortie.

"Un formidable test pour l'équipe de France"

Au sein d'un XV de France version Saint-André qui se cherche encore, les places vont effectivement être chères. Selon le consultant Europe 1 Olivier Magne, ce choc face au pays de Galles intervient au bon moment. "Philippe Saint-André va revoir quelques joueurs, terminer sa revue d'effectif, donner la chance à de jeunes joueurs de jouer au plus haut niveau, face à une équipe qui va jouer le Grand Chelem, l'une des meilleures au monde actuellement. Il s'agit d'un formidable test pour l'équipe de France. Ce match-là, il est très bienvenu pour permettre à de jeunes joueurs de s'étalonner face à ce qui fait de mieux dans le monde aujourd'hui." L'une des garanties que les Bleus vont prendre ce match au sérieux tient en effet à la nature de leur adversaire.

Galles et l'esprit de revanche

Warburton plaque Clerc (930x620)

© MAXPPP

Non seulement le XV du Poireau va jouer le Grand Chelem, mais il s'apprête également à disputer une revanche. En octobre dernier, les Gallois s'étaient en effet inclinés (9-8) face aux Bleus en demi-finales de la Coupe du monde à l'issue d'un match homérique, disputé pendant plus d'une heure à quatorze contre quinze, après l'exclusion de Sam Warburton (photo). Le troisième ligne de Cardiff, titulaire, sera le fer de lance de Diables Rouges chauffés à blanc.

"Ils attendent la revanche de cette demi-finale depuis plusieurs mois", a déclaré Saint-André. "Toutes les places ont été vendues en deux heures. Ça va être sympa ! Mais on n'y va pas pour échanger les cravates ou faire du shopping mais pour réaliser un match de haut niveau." Au sifflet, il y aura un certain Craig Joubert. C'est lui qui avait arbitré la finale de la Coupe du monde entre les Bleus et le Blacks, le 23 octobre dernier, "oubliant" de sanctionner certaines fautes néo-zélandaises. Si jamais l'équipe de France avait besoin d'un petit supplément de motivation...