Gabart, la pépite de la voile française

  • A
  • A
Gabart, la pépite de la voile française
Diplômé de l'Insa de Lyon, le skipper de Macif considère que le métier de marin est "aujourd'hui un métier d'ingénieur"@ Reuters
Partagez sur :

PORTRAIT - Méthodique et calme, le skipper surdoué a remporté dimanche "L'Everest des mers".

L'INFO. François Gabart est entré au Panthéon de la voile en remportant dimanche aux Sables-d'Olonne le 7e Vendée Globe dès sa première participation. A 29 ans, François Gabart est la dernière pépite de la course au large en solitaire, un domaine où les Français règnent en maîtres.

• Ses premiers pas. François Gabart a découvert la navigation avec ses parents, avec qui il a traversé l'Atlantique dans son enfance, et ses grand-parents. Ensuite, expliquait-il, "j'ai bien bossé et rencontré les bonnes personnes au bon moment. Je suis allé vite, certes, mais à un rythme correct, et je ne pense pas avoir volé la place de qui que ce soit".

gabart 930

© Reuters

• Son caractère. Méthodique, calme, structuré, toujours souriant... et surdoué. L'ascension du jeune ingénieur blond aux yeux bleus, devenu le plus jeune vainqueur de "l'Everest des mers", a été fulgurante mais ne doit rien au hasard. "Il y a pile quatre ans, j'étais ici à regarder les bateaux avec admiration et fascination, je venais juste de faire ma première saison en Figaro", déclarait-il avant le départ des Sables, le 10 novembre.

Le secret du Charentais, né à Saint-Michel d'Entraygues mais aujourd'hui installé à La Forêt-Fouesnant dans le Finistère avec sa compagne norvégienne Henriette et leur fils de 10 mois Hugo, tient sans doute à sa formation. Diplômé de l'Insa de Lyon, le skipper de Macif considère que le métier de marin est "aujourd'hui un métier d'ingénieur". François Gabart disait même avoir abordé la course au large avec une "rigueur scientifique", tout en y ajoutant de "l'instinct", ce "grain de folie qu'ont tous ceux qui participent au Vendée".

"J'adore jongler entre les deux. Etre marin nécessite d'être capable d'aller vers ces deux extrêmes, de naviguer au feeling dans certaines conditions et, dans d'autres, de se concentrer sur des éléments plus objectifs", affirmait François Gabart qui vient de pulvériser le précédent record du Vendée Globe. "Il faut avoir les nerfs solides pour faire cette course, c'est une évidence", notait le skipper de Macif, une dizaine de jours avant l'arrivée avant d'ajouter : "c'est un de mes points forts depuis que je suis tout petit".

• Un palmarès.  Régatier accompli, François Gabart (1,71 m pour 66 kg) possédait avant même le Vendée Globe un palmarès exceptionnel : champion de France d'Optimist (1997), de Moth Europe (1999), champion du monde junior de Tornado (2004)... Premier bizuth de la Solitaire du Figaro en 2008, champion de France de course au large en solitaire deux ans plus tard, il est repéré par un certain Michel Desjoyeaux, vainqueur des Vendée Globe 2000-2001 et 2008-2009.

• Son péché mignon.  Et dans les moments de blues au large, François Gabart avait de solides alliés : 3,7 kilos de chocolat (soit près de 40 tablettes !), son péché mignon, et une discothèque comprenant notamment U2, Bobby McFerrin, ColdPlay et Jack Johnson.