Federer : "pas assez contrôlés"

  • A
  • A
Federer : "pas assez contrôlés"
@ REUTERS
Partagez sur :

ANTIDOPAGE - Le Suisse estime que les contrôles effectués ne sont pas assez nombreux.

Coucou, c'est Roger ! Non seulement il revient en forme sur les courts, où il multiplie les bonnes sorties - à défaut de toujours gagner -, mais Roger Federer se signale aussi en dehors, avec des mots forts en conférence de presse. Interrogé jeudi en marge du Masters sur la politique antidopage dans le tennis, le Suisse a estimé qu'il n'y avait pas assez de contrôles sur le circuit professionnel. "Je pense surtout qu'on n'est pas assez contrôlés", a-t-il souligné jeudi après son succès sur Richard Gasquet. "On ne m'a contrôlé ni à Bâle ni à Paris. J'ai l'impression que je l'étais davantage dans le passé. En 2003 ou 2004, ça devait être 25 fois par an. Ça a nettement diminué."

Un discours opposé à celui de Djokovic

Federer au Masters (930x620)

© REUTERS

Federer réagissait à l'affaire Troicki, joueur serbe suspendu un an pour s'être soustrait à un contrôle sanguin. Le 15 avril dernier au Masters 1000 de Monte-Carlo, Troicki, ancien 12e joueur mondial, avait différé au lendemain un prélèvement sanguin parce que, selon ses dires, il ne se sentait pas bien (>> A LIRE : les clés de l'affaire).

Mardi, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a réduit sa sanction de 18 mois à un an, tandis que le joueur continuait à clamer son innocence. Il a reçu le soutien appuyé de son compatriote Novak Djokovic, avec lequel il a remporté la Coupe Davis en 2010. Le n°2 mondial avait déploré le "manque de professionnalisme" de l'agent missionné pour contrôler Troicki, qui l'accuse de ne pas l'avoir prévenu des risques qu'il encourait. Djokovic a ajouté ne "plus avoir confiance dans le système".

"Si on vous réclame un échantillon, il faut le fournir"

Federer a tenu un discours totalement opposé, jeudi. "Globalement, je fais confiance au système. Je pense qu'ils sont tous très professionnels", a-t-il considéré. "Je suis désolé, si on vous réclame un échantillon, il faut le fournir, peu importe à quel point vous vous sentez mal. (...) Refaire le test le lendemain ne veut plus rien dire à mes yeux car qui sait ce qui a pu se passer entre-temps. On est obligés d'être très vigilants à ce sujet."

Federer, battu en trois sets par Djokovic lors de son entrée en lice dans le Masters, jouera sa qualification pour les demi-finales face à Juan Martin del Potro, samedi après-midi. Et aura une nouvelle occasion, raquette en main, de confirmer qu'il est bien de retour.