Federer et Nadal sont-ils si différents ?

  • A
  • A
Federer et Nadal sont-ils si différents ?
@ REUTERS
Partagez sur :

TENNIS - Europe1.fr s'interroge sur les différences existant entre les deux anciens n°1 mondiaux.

Jeudi matin, en Europe (9h30, 19h30 en session de nuit en Australie), Roger Federer et Rafael Nadal vont s'affronter pour la 27e fois et entretenir la rivalité la plus vivace du tennis moderne. Comme à l'époque des Beatles ou des Stones, aujourd'hui, on est soit Federer soit Nadal. A quelques heures de la demi-finale, Europe1.fr essaie de distinguer ce qui sépare fondamentalement ces deux immenses champions mais aussi ce qui les rapproche.

Ce qui les éloigne

Nadal à l'Open d'Australie (930x620)

© REUTERS

Leur jeu. C'est la différence qui saute immédiatement aux yeux : Federer est droitier et Nadal est gaucher. Ce n'est évidemment pas anodin et cela influence leur confrontation, un gaucher étant toujours plus délicat à "jouer" pour un droitier. Federer est un attaquant, qui pratique le service-volée quand la surface s'y prête alors que Nadal est un adepte du jeu de fond de court, pour ne pas dire de la défense. En outre, Nadal imprime un effet à la balle, avec un lift qui accélère sa vitesse à l'impact, ce qui la rend plus difficile à contrôler. De son côté, Federer frappe toutes ses balles à plat et à une main, notamment en revers, un coup que Nadal joue à deux mains. De fait, les deux joueurs ont leur surface de prédilection, la terre battue, surface lente, pour Nadal, et le gazon, surface rapide, pour Federer. Ce qui explique que Nadal a remporté six fois Roland-Garros et Federer six fois Wimbledon.  En 2007, cette spécialisation avait d'ailleurs donné l'idée à un promoteur d'organiser un match mi-terre battue mi-gazon entre les deux hommes (avec, pour l'anecdote, victoire de Nadal au jeu décisif du troisième set). Mais aujourd'hui, alors que Nadal a gagné deux fois Wimbledon et Federer une fois Roland-Garros, ce match paraît bien caricatural...

Federer et Nadal s'affrontent sur une surface mixte :

Leur palmarès. C'est une différence mathématique. Avec 16 titres du Grand Chelem, Roger Federer possède le plus beau palmarès de l'histoire du tennis, devançant de deux unités le nombre de titres de Pete Sampras. Mais, depuis quelques années, Nadal a réduit l'écart. Depuis sa sixième victoire à Roland-Garros, en juin dernier, il en est à dix titres. Mais il a 25 ans et Federer, 30... Alors qu'il a trop souvent été réduit à un tennis de "bûcheron" pratiqué sur terre battue, Nadal a peu à peu su adapter son jeu aux autres surfaces, remportant Wimbledon en 2008 et 2010, l'Open d'Australie en 2009 et l'US Open en 2010. Comme Federer, Nadal a ainsi réussi à remporter les quatre Grand Chelem sur quatre surfaces différentes. Mais il lui en reste encore six pour devenir l'égal de Federer, qui dispose par ailleurs de quelques autres records savoureux. Si l'on ne s'en tient qu'aux tournois du Grand Chelem, il en est ainsi à 31 participations consécutives aux quarts de finale...

Federer remporte son 16e Majeur, en Australie, en 2010 :

Leur vision du tennis moderne. Depuis près d'une décennie qu'ils se côtoient sur le circuit, rares ont été les prises de bec entre les deux joueurs. Mais l'année a commencé par une petite brouille portant sur le calendrier. "Le Taureau de Manacor" a fait de la lutte contre les cadences infernales l'un de ses chevaux de bataille. Federer, peut-être plus détaché du monde du tennis que son cadet (et plus proche de la retraite aussi), ne l'a pas suivi. Juste avant le début de l'Open d'Australie, Nadal lui a lancé une petite pique. "Je ne suis pas d'accord avec Federer. C'est beaucoup trop facile de dire "je ne dirai rien, tout va très bien" et de passer pour le gentleman du circuit", a-t-il fustigé. "Si Federer termine sa carrière frais comme une rose, c'est qu'il possède un corps parfait pour endurer ce sport, ce qui n'est pas mon cas, ni celui de Murray ou de Djokovic." Le différend a été vite enterré mais peut-être que "Fed" aura ces mots à l'esprit au moment d'entrer sur le court, jeudi.

Ce qui les rapproche

Federer: "Rien ne pouvait m'arriver"

Leur simplicité. Ne comptez pas sur Federer ou Nadal pour remplir la colonne des faits divers. En 2009, Federer s'est mariée avec l'ancienne joueuse Mirka Vavrinec, qu'il a rencontrée en 2000. Le couple a eu deux jumelles en juillet 2009. Face à "papa" Roger, dont la femme, qui est aussi son manager, l'accompagne systématiquement en tribune, se dresse le "neveu" Rafa, dont l'oncle, Toni, est entraîneur depuis les débuts. "Rafa" Nadal, lui, n'est pas marié mais il fréquente depuis quelques années maintenant Maria Francesca Perello, une amie d'enfance. Très loin de l'image qu'il renvoyait avec les tenues exubérantes de ses débuts, Nadal est en fait un jeune homme assez rangé. Si leur situation maritale n'est pas la même, Federer et Nadal ont donc le même goût pour la discrétion.

Leur disponibilité. Méga-stars planétaires, icônes du monde du sport, générateurs de contrats publicitaires faramineux (ils ont d'ailleurs le même équipementier...), Federer et Nadal n'en restent pas moins des hommes simples. "Ce sont des gens hyper-sollicités et pourtant, ils restent toujours disponibles", commente Corinne Boulloud, du service des sports d'Europe 1, qui a rencontré les deux joueurs à de nombreuses reprises. "Après son match de près de quatre heures contre Berdych, lundi, Nadal a encore pris le temps de revenir au bord du court, à 23h30, pour signer quelques autographes." Les deux joueurs sont aussi appréciés des journalistes pour leurs analyses. Si Federer, qui répond en anglais, français et suisse allemand lors de chaque conférence de presse, pèse ses mots et maîtrise sa communication, Nadal est peut-être plus enclin à se livrer. "L'an dernier, à Roland-Garros, il nous avait fait part de ses états d'âme en plein tournoi", se souvient Corinne Boulloud. "C'est aussi quelqu'un de sympa, qui fête chaque année son anniversaire au bar du club de la presse." Les deux joueurs ne rechignent jamais, non plus, à prêter leur image en commun pour des campagnes ou des rendez-vous caritatifs.

"Fed" et "Rafa" lors d'une campagne pour l'Afrique en 2010 :

Nadal et Federer (930x620)

© REUTERS

Leur rivalité. C'est peut-être l'élément qui les rapproche le plus. Borg n'aurait pas été Borg sans McEnroe. Sampras n'aurait pas été Sampras sans Agassi. Federer ne serait pas Federer sans Nadal. Et l'inverse est encore plus vrai... Sur ses dix titres du Grand Chelem, Nadal a en effet battu Federer à six reprises. C'est cette domination de Nadal sur Federer dans les Majeurs (7 victoires sur 9 confrontations) qui jette d'ailleurs une petite ombre sur le statut de meilleur joueur de tous les temps accolé à Federer... Une chose est sûre : leurs confrontations ont écrit l'histoire du tennis, que ce soit notamment la finale de Wimbledon en 2008 ou celle de l'Open d'Australie en 2009. "C'est une image qui m'avait marqué. Roger avait éclaté en sanglots après sa défaite et Nadal l'avait pris par l'épaule pour le consoler." Certes, par bien des aspects, Federer et Nadal sont différents mais le respect dont ils font preuve l'un envers l'autre les rapproche. Et les grandit encore un peu plus.