Djokovic-Nadal, parcours croisés

  • A
  • A
Djokovic-Nadal, parcours croisés
Djokovic et Nadal se sont tous les deux qualifiés pour les quarts de finale, lundi, à Roland-Garros.@ Reuters
Partagez sur :

ROLAND-GARROS - Djokovic et Nadal se sont qualifiés lundi pour les quarts de finale.

Djokovic-Nadal. Depuis le tirage au sort du tableau de Roland-Garros, cette affiche fait saliver tous les amateurs de tennis. Si la logique est respectée, les têtes de série n°1 et 3 devraient en effet se rencontrer vendredi en demi-finales. Mais de la logique à la réalité, il y a des matches à gagner. Lundi, les duettistes se sont sortis, non sans mal parfois, de leur huitième de finale. Parallèle.

Le match. Djokovic a fait une Nadal. Comme le Majorquin lors de ses deux premiers tours, le n°1 mondial a perdu la première manche contre Philipp Kohlschreiber, tête de série n°18, la première de son tournoi. L'Allemand, qui était le dernier à avoir battu le Serbe avant le cap des quarts de finale, à Roland-Garros en 2009 (troisième tour), a manqué beaucoup trop de balles de break (2 converties sur 13 !) pour espérer quoi que ce soit par la suite. Djokovic a ensuite réglé l'affaire en 2h42'. De son côté, Nadal a une fois de plus connu quelques difficultés à mettre la machine en route. Il a concédé deux balles de break très tôt et mis trois quarts d'heure à prendre la mesure du Japonais Kei Nishikori, tête de série n°13, dans la première manche. Mais il a ensuite déroulé pour s'imposer en trois sets secs (6-4, 6-1, 6-3), un score plus conforme aux habitudes du septuple vainqueur.

Djokovic s'impose face à Kohlschreiber :





nadal, roland-garros

© Reuters

L'impression. Maladroit et auteur de 14 fautes directes dans le premier set, Djokovic a paru emprunté, tout le contraire de son adversaire, qui, en plus, a bénéficié d'un soupçon de chance sur la balle de set, qui a heurté le filet avant de retomber juste derrière. Par la suite, le Serbe a joué plus serré et a su se montrer incisif sur les points importants. Nadal, qui lui a succédé sur le court Central, a moins souffert que lors des tours précédents, mettant rapidement la main sur la partie. Agacé par la programmation tardive de son deuxième tour, malmené par des joueurs qu'il n'avait jamais joué auparavant, le Majorquin a visiblement retrouvé un peu de sérénité ces derniers jours. Et puis, cerise sur le gâteau, il a fêté à même le court son 27e anniversaire. La quête du huitième titre continue.

Le prochain adversaire. Djokovic n'en est pas au même stade que Nadal. Lui se contenterait déjà allègrement d'un premier titre porte d'Auteuil. Vainqueur des trois autres tournois du Grand Chelem, le Serbe entend ajouter cette saison Roland-Garros à son palmarès. Il devra pour cela éliminer au prochain tour le vétéran allemand Tommy Haas, 35 ans, quart de finaliste le plus âgé en Grand Chelem depuis Andre Agassi à l'US Open 2005. Ce n'est pas du "tout cuit" pour Djokovic, qui ne mène que 4 à 3 dans leurs confrontations. Et qui a surtout perdu assez sèchement leur récent affrontement, au Masters 1000 de Miami (6-2, 6-4). Nadal, lui, aurait pu hériter de Richard Gasquet, contre lequel il mène 10-0 dans leurs confrontations. Il retrouvera finalement Stanislas Wawrinka, contre lequel il mène… 9-0. La différence est ténue. Leur dernier affrontement est récent : c'était en finale du Masters 1000 de Madrid et le Majorquin avait pris le dessus sur le Suisse en deux sets (6-2, 6-4). En neuf matches, Nadal n'a même jamais concédé le moindre set à Wawrinka...

Ce qu'ils en ont pensé. "Les conditions de jeu étaient très difficiles pour tous les deux, et lui s’y est mieux adapté au début", a reconnu Djokovic en évoquant Kohlschreiber. "Il était plus offensif alors que moi, j’essayais encore de trouver le rythme. Le temps que je trouve, le premier set était passé ! Il a fallu que je hausse mon niveau de jeu et chaque set a été serré, j’ai vraiment dû aller chercher la victoire." De son côté, Nadal a forcément apprécié de ne passer qu'à peine plus de deux heures sur le court. "J’ai beaucoup mieux joué aujourd’hui que lors de mes trois précédents matches", a souligné la tête de série n°3. "J’ai commencé à avoir de donnes sensations en coup droit, j’ai commencé à bien varier les trajectoires et à avoir le sentiment de pouvoir donner plus de longueur à ma balle. J’avais davantage confiance en chacun de mes coups." Voilà Wawrinka et ses prochains adversaires potentiels prévenus. A commencer, bien sûr, par Djokovic...