Coupe Davis : "il y a eu un problème Tsonga"

  • A
  • A
Coupe Davis : "il y a eu un problème Tsonga"
@ REUTERS
Partagez sur :

UNE ÉQUIPE SANS LEADER - Arnaud Di Pasquale revient sur la défaite de la France en Coupe Davis et sur le problème Tsonga.

La France s'est inclinée devant une équipe de Suisse indéniablement supérieure en finale de la Coupe Davis, dimanche à Villeneuve d'Ascq. En faisant l'autopsie de cette défaite, les joueurs de l'équipe de France n'ont pas éludé les questions sur le forfait du n°1 tricolore, Jo-Wilfried Tsonga. Invité d'Europe 1 lundi matin, Arnaud Di Pasquale, le directeur technique national (DTN) du tennis français reconnaît que cette blessure a été "un moment difficile" pour l'équipe.

>> EN IMAGES : Le premier sacre de la Suisse en Coupe Davis

"C'est le bras et rien d'autre". "Il y a eu un problème Tsonga", a reconnu Arnaud Di Pasquale. "Il s'est blessé, il s'est fait mal au coude, on ne sait pas encore ce qu'il a. C'est forcément difficile quand vous avez un pilier comme Jo qui joue depuis de longues années pour la Coupe Davis qui se retrouve à se désister. Ça a été un moment assez difficile à gérer pour l'équipe de France". Mais le DTN ne veut pas trop charger le Manceau. "C'est le bras, uniquement le bras, rien d'autre ! C'est une douleur, on ne peut pas parler de mental à ce moment-là".



"Clément a bien géré la situation". Après cette défaite, la gestion du capitaine des Bleus Arnaud Clément pose aussi question. Solidarité oblige, Arnaud Di Pasquale prend sa défense. "Il a bien géré", estime-t-il lundi matin sur Europe 1. "C'est compliqué, c'est déstabilisant un tel forfait. Comment dire 'une bonne gestion' de ce genre de situation ? C'est impossible".

>> LIRE AUSSI - Coupe Davis : un échec et des questions

"Un grain de folie". Après avoir félicité Roger Federer et les Suisses pour leur belle victoire, le DTN Arnaud Di Pasquale a essayer de trouver les raisons de la défaite tricolore. "Il a manqué peut-être ce petit grain de folie qui parfois peut faire la différence". Et de poursuivre : "ce qu'il aurait fallu, ce sont des joueurs un peu moins forts en face... Il y a des choses qu'on peut contrôler, pas la partie adverse : l'opposition était trop forte".

La Suisse a remporté la Coupe Davis, 1280x640

© REUTERS

Un mal pour un bien ? Il faut désormais se pencher sur l'avenir. Les joueurs "sont en construction, ils sont allés encore un peu plus loin, ils ont progressé, ils sont meilleurs. Je suis convaincu que cet échec va les mettre très rapidement sur le chemin de la victoire", estime Arnaud Di Pasquale. Et de conclure, toujours aussi positif : "cette équipe a un bel avenir, j'en suis convaincu".