De l'EPO "comme on mange des pâtes"

  • A
  • A
De l'EPO "comme on mange des pâtes"
@ REUTERS
Partagez sur :

DOPAGE - Le cycliste allemand Stefan Schumacher détaille ses méthodes de dopage.

Stefan Schumacher est passé à table. Le coureur allemand, contrôlé positif à l'EPO Cera lors du Tour de France 2008 puis lors des Jeux olympiques de Pékin, la même année, évoque pour la première fois ses méthodes de dopage dans un entretien publié dans l'hebdomadaire Der Spiegel. "J'ai pris de l'EPO, de l'hormone de croissance ainsi que des corticoïdes", précise le coureur. "Je me suis mis dans un système. Je n'en suis pas fier mais c'était ainsi. (...) Le dopage faisait partie intégrante du quotidien, comme un plat de pâtes après l'entraînement."

Un dopage "complètement fou"

Schumacher sur le Tour 2008 (930x620)

© REUTERS

Dans son récit, Schumacher égratigne tout particulièrement son ancienne équipe, Gerolsteiner, avec laquelle il a couru trois ans, entre 2006 et 2008. Il y a obtenu ses plus grands résultats (2 victoires sur le Tour d'Italie, bronze aux Mondiaux sur route) et s'était révélé au grand public sur le Tour de France 2008 avec deux victoires d'étape et le port du Maillot Jaune.

"Je n'ai vécu un tel laxisme par rapport aux médicaments que chez Gerolsteiner", insiste-t-il. Schumacher décrit comme "complètement fou" le recours aux substances interdites au sein de l'ancienne formation allemande, dissoute depuis. Son ancien coéquipier, l'Autrichien Bernhard Kohl, maillot à pois et troisième du classement général à Paris, avait lui aussi été déclassé, deux mois et demie après l'arrivée.

Un retour dans l'ancienne équipe de Rasmussen

"La confession arrive tard (...) mais assez tôt pour en tirer les conséquences dans la lutte contre le dopage", ont estimé conjointement dans un communiqué le Comité olympique (DOSB) et la Fédération de cyclisme allemands, appelant "les autres personnes concernées à révéler tout ce qu'elles savent à la Nada (agence antidopage allemande) et à la justice". Suspendu deux ans après ses contrôles positifs, Schumacher est revenu à la compétition en 2011 au sein de la formation Christina-Watches-Onfone (il a gagné cette année une étape du Tour d'Algérie, ndlr), formation qui avait déjà accordé une deuxième chance au Danois Michael Rasmussen, exclu du Tour 2007 pour non-respect des règles antidopage. A l'instar de Schumacher, lui aussi a avoué avoir usé et abusé d'une certaine forme de "pâtes"...