Coupe Davis : à quoi joue Federer ?

  • A
  • A
Coupe Davis : à quoi joue Federer ?
@ REUTERS
Partagez sur :

SUSPENSE - Le n°1 helvète n'a été que l'ombre de lui-même, vendredi, contre Monfils. La Suisse doit-elle s'inquiéter ?

Roger Federer n'avait jamais perdu contre Gaël Monfils sur terre battue. Roger Federer n'avait jamais perdu un match de Coupe Davis en trois sets secs. Roger Federer a rarement paru aussi impuissant sur un court de tennis. Et pourtant, Roger Federer gardait le sourire, vendredi soir, après sa déroute contre Gaël Monfils (6-1, 6-4, 6-3), lors du deuxième match de la finale de la Coupe Davis qui oppose la France à la Suisse, ce week-end, à Villeneuve d'Ascq.

>> LIRE AUSSI : Monfils égalise en balayant Federer

Federer-2

© Federer était visiblement diminué pendant son match face à Monfils. (REUTERS)

Un Federer sans solution. La question qui taraudait tous les passionnés de tennis vendredi matin était : est-ce que Federer bluffait avec son dos ? Force est de constater que non. Lent dans ses déplacements, irrégulier dans son jeu d'attaque, le n°2 mondial a surtout souffert sur son service. Il a réussi moins de 10 aces ou services gagnants et n'a gagné que 62% des points après sa première balle, contre 89% à Monfils. Pourtant, Federer a voulu garder des points positifs de ce match presque à sens unique. "Ce n'est pas négatif, plus le match avançait, mieux je me sentais", a expliqué le Suisse en conférence de presse. "C'est très encourageant, je dois dire. Et vu que je n'avais pas touché la balle, que je n'avais pas couru depuis 5 jours, c'est pas mal. En plus, Gaël a extrêmement bien joué."

>> LIRE AUSSI : Monfils réchauffe le stade et éteint les Suisses

Mais encore ? Visiblement guère affecté par cette défaite (il a pris le temps de saluer le public à sa sortie du court et il avait le sourire dans les coursives du stade), Federer ne s'interdit pas de disputer le… double, dès samedi. "Nous allons en parler entre nous", a souligné Federer. "Pour l'instant, je me sens à peu près bien. Ça, c'est la partie encourageante dont je parlais. Tout ce que je peux faire, c'est de donner toutes les informations que j'ai à Severin (Lüthi, le capitaine), à Stan (Wawrinka) et à toute l'équipe." Et le capitaine, justement, que pense-t-il de la perspective d'aligner son joueur, samedi, lors du double ? "Si tu as des joueurs comme ça dans l'équipe, c'est normal de savoir comment ils se sentent, comment ils voient les trucs. Ils ont déjà joué pas mal de fois ensemble en Coupe Davis ou dans des tournois, ils ont fait de grands trucs." Parmi ces "grands trucs", Wawrinka et Federer ont notamment remporté l'or olympique, en double, lors des JO de Pékin, en 2008.

Wawrinka-Federer en double samedi ? Plus tôt dans la journée, Wawrinka n'avait pas écarté l'idée de disputer le double avec Federer, samedi. "C'est toujours pareil, si avec Roger on se sent bien, on se sent prêt à jouer pendant 3 jours, on va essayer de jouer les deux (le simple et le double, ndlr)", a insisté Wawrinka.

Dans ce cas-là, et c'est un peu triste pour eux, Marco Chiudinelli (212e joueur mondial) et Michael Lammer (508e) ne pèsent pas dans l'équation. Pour la Suisse, toute la question est désormais de savoir s'il vaut mieux économiser Federer samedi ou le faire jouer pour lui donner du temps de jeu ? Le n°2 mondial, partagé entre la satisfaction d'avoir accumulé du temps de jeu et celle… d'avoir perdu rapidement ("Ce n'est pas un match en cinq sets dont je sors fracassé"), est prêt à la deuxième option.

"Si jamais on pense que c'est le meilleur choix... Ça dépend de ça aussi, je suis prêt à le faire, en tout cas, je sais que maintenant, il y a moins de risques qu'il n'y en avait il y a quelques jours, et qu'il n'y en avait ce matin", a relevé Federer, qui s'est félicité de ne plus penser à son dos en fin de match, "ce fantôme qui a tendance à rester à l'esprit". "C'est clair que je me mets à disposition de l'équipe, à fond, non pas uniquement comme joueur, mais aussi pour n'importe quel rôle que je peux prendre dans l'équipe, je suis là pour soutenir, pour être là." Finalement, le mystère Federer continue.

Pourquoi le vainqueur de la Coupe Davis reçoit-il un saladier ?