Un mystérieux tunnel découvert près d'un stade de Toronto

  • A
  • A
Un mystérieux tunnel découvert près d'un stade de Toronto
@ Ronald MARTINEZ/Getty Images/AFP
Partagez sur :

ENQUÊTE - Un tunnel a été découvert près du Exall Centre où doivent se tenir les Jeux panaméricains en juillet.

La télévision publique canadienne CBC a annoncé lundi qu'un mystérieux tunnel avait été découvert dans un terrain boisé, non loin du Rexall Center de Toronto, qui accueille chaque année un tournoi de tennis et où doit se tenir du 10 au 26 juillet prochain les Jeux panaméricains. Le mois dernier, un employé municipal a découvert ce tunnel, récemment creusé, long de 7 mètres, haut de 2,5 mètres et éclairé par un générateur électrique. La structure de ses murs et de son plafond étaient renforcés, et des outils y étaient entreposés.



Le souvenir des deux attaques d'octobre 2014. La fonction de ce tunnel en construction, auquel on pouvait accéder via un trou dans un grillage, non loin de là, "n'est pas claire" et les services de sécurité fédéraux ont été mobilisés, indique CBC. La découverte de ce tunnel, aujourd'hui comblé, ravive évidemment les peurs d'une attaque terroriste, quelques mois après la double attaque perpétrée les 20 et 22 octobre 2014 à Montréal, où deux policiers avaient été renversés, puis à Ottawa, où le Monument commémoratif de guerre et le Parlement avaient été pris pour cible.

CBC révèle l'existence d'un tunnel, aujourd'hui comblé :

Nouvelle loi antiterroriste. Selon la CBC, les autorités ont exclu la piste d'un laboratoire de drogue clandestin. Un ancien directeur adjoint des services canadiens de renseignement, Ray Boisvert, a suggéré, dans une interview sur la chaîne publique, que des "survivalistes" (des gens se préparant à la fin du monde) ou des individus malintentionnés pourraient être derrière l'édification de ce tunnel.

Cette révélation est intervenue le jour du vote au Parlement fédéral d'une nouvelle loi antiterroriste, qui doit donner plus de latitude aux services de renseignement. Le principal parti d'opposition et les associations de défense des droits civils s'y opposent, dénonçant notamment un manque de mécanisme de contrôles.

>> LIRE AUSSI : Terrorisme : le Canada s'interroge sur sa sécurité