C'est fini pour Burton et Davies

  • A
  • A
C'est fini pour Burton et Davies
Louis Burton a été contraint de jeter l'éponge, vendredi matin.@ Jean-Marie Liot / DPPI
Partagez sur :

VENDÉE GLOBE - Samantha Davies et Louis Burton ont tous deux abandonné, vendredi matin.

La course n'a pas débuté depuis une semaine et quatre skippers ont déjà abandonné. Louis Burton (Bureau Vallée) et Samantha Davies (Savéol) ont été contraints de jeter l'éponge, vendredi matin. Le premier tentait de rejoindre les Sables-d'Olonne pour réparer les dégâts causés par une collision avec un chalutier. Davies, elle, a démâté jeudi soir au large de Madère.

Autant d'abandons qu'en 2008

Davies
Après Marc Guillemot (quille cassée), Kito de Pavant (collision avec un chalutier), c'est au tour de Louis Burton (collision avec un chalutier) et de Samantha Davies (démâtage) de jeter l'éponge. Quatre abandons en six jours de course, c'est autant qu'au dernier Vendée Globe. En 2008, quatre skippers avaient abandonné dans la première semaine de course. Seuls 11 navires sur 30 avaient franchi la ligne d'arrivée il y a quatre ans.

Pourtant très concentrés sur leur course, la plupart des skippers engagés dans le Vendée ont tenu à adresser un petit message de soutien après ces deux nouveaux abandons.

Samantha "Sam" Davies a confirmé son abandon au cours d'une liaison téléphonique avec la direction de course. "J'ai le moral très bas mais je vais bien", a-t-elle ajouté. Quatrième de la dernière épreuve (en 2008), "Sam Davies" avait de grandes ambitions pour cette édition. La navigatrice britannique a essuyé une grosse tempête, jeudi soir, au large de l'île de Madère. Après avoir sécurisé son bateau (Savéol), elle a mis en route son moteur pour rejoindre Madère.

Davies-2

L'abandon de Louis Burton, lui, était plus prévisible. Même s'il avait décidé de regagner les Sables-d'Olonne après sa collision avec un chalutier pour réparer les dégâts, ses chances de prendre un nouveau départ étaient très minces. Dans la nuit de jeudi à vendredi, il a dû affronter une mer très agitée. Il a préféré faire route vers le port de La Corogne pour préserver son bateau.