Baugé suspendu et déchu
Baugé a été déchu de son troisième titre mondial, conquis aux Pays-Bas en mars 2011. © REUTERS

CYCLISME - Le pistard français a été déchu de son titre de champion du monde 2011, son troisième.

Quatre mois après l'affaire Longo, le cyclisme français s'offre un nouveau psychodrame avec, à l'origine, un manquement aux règles de localisation. Et c'est cette fois l'étendard du cyclisme sur piste tricolore, Grégory Baugé, multiple champion du monde individuel et par équipes, qui est au coeur du scandale. Le Guadeloupéen, licencié à l'US Créteil, fait l'objet d'une suspension rétroactive d'un an pour avoir avoir contrevenu au règlement antidopage, qui oblige les cyclistes à indiquer (et à respecter) leurs déplacements géographiques en cours de saison.

Selon le règlement international, trois problèmes sur une période de dix-huit mois liés à la localisation, soit absence à un contrôle (une fois dans le cas de Baugé) soit localisation imprécise (deux fois), équivalent à un contrôle positif et sont susceptibles pour le cycliste concerné d'une sanction pouvant aller jusqu'à deux ans de suspension.

Une participation possible aux JO

Suspendu du 23 décembre 2010 au 23 décembre 2011, Baugé perd ses titres conquis en mars dernier lors des championnats du monde à Apeldoorn, aux Pays-Bas, mais pourra, en revanche, participer aux prochains Jeux olympiques de Londres.

"Baugé a péché par légèreté et cette légèreté lui coûte très cher", a précisé une source française proche du dossier. Baugé perd non seulement son titre mondial en vitesse, qui était son troisième consécutif (un record), mais fait également perdre à la France celui conquis par équipes avec ses coéquipiers Kévin Sireau et Michael d'Almeida.

"Cela s'appelle le fait du prince"

Grégory Baugé (930x620)

© REUTERS

L'avocat de Baugé, Me Michel-Gabriel, a dénoncé le retrait des titres mondiaux dont a été victime le pistard français. "Cela s'appelle le fait du prince", a-t-il déclaré, estimant que l'Union cycliste international (UCI) avait modifié la décision de la commission de discipline de la Fédération française de cyclisme (FFC), laquelle ne prévoyait pas l'annulation des résultats pendant la période de suspension rétroactive de Baugé.

"On ne reproche aucun cas de dopage à M. Baugé, au grand jamais. (...) On lui reproche d'avoir manqué à ses obligations administratives. Et celles-ci sont déjà contestables, quand on sait que l'une est due simplement au fait qu'il était malade ce jour-là." Et Me Michel-Gabriel de sous-entendre que cette décision a pu être rendue pour favoriser le princiapl rival de Baugé, Jason Kenny, qui a récupéré de facto le titre de champion du monde 2011 : "le seul concurrent direct de M. Baugé est un Britannique et, comme vous le savez, les Jeux 2012 ont lieu à Londres".

Baugé, âgé de 26 ans, dispose de l'un des plus beaux palmarès du cyclisme sur piste tricolore et souhaite marcher sur les traces de son entraîneur, Florian Rousseau, triple champion olympique. Après Londres, Baugé a annoncé qu'il souhaitait se mettre à l'athlétisme et au 100 m. Ce contre-temps, dans son palmarès et pour son image, pourrait bien modifier son avenir à proche et moyen terme...