Basket : pourquoi la médaille de bronze vaut de l'or

  • A
  • A
Basket : pourquoi la médaille de bronze vaut de l'or
@ REUTERS
Partagez sur :

BILAN - L'équipe de France de basket a écrit une des plus belles pages de son histoire en accrochant la troisième place du Mondial.

Historique. La joie est à la hauteur de la performance. Samedi soir, les joueurs de l'équipe de France ont exulté après leur victoire face à la Lituanie (95-93), qui leur offre la médaille de bronze du Mondial. Après un match à suspense, et une fin de partie interminable, les Bleus décrochent la première breloque de l'histoire du basket tricolore dans cette compétition. Vincent Collet, l'entraîneur français, a déclaré à l'issue de la rencontre face à la Lituanie : "C'est une grande joie, parce que cette médaille n'était pas du tout assurée au départ. On a vu à quel point il a fallu se battre pour l'obtenir." Car, avant la Coupe du Monde, peu de monde misait sur une telle performance des champions d'Europe 2013. Europe1.fr vous explique pourquoi les coéquipiers de Nicolas Batum ont réalisé un authentique exploit.

>> LIRE AUSSI : les Bleus décrochent le bronze



Parce qu'il manquait du monde. L'équipe de France de basket sans Tony Parker, c'est comme les Bleus des années 2000 sans Zinédine Zidane. Enfin, c'est ce qu'on croyait. Et honnêtement, comment espérer aller loin dans une compétition aussi relevée sans la légende du basket français, quadruple champion NBA et leader de jeu et de vestiaire. Quand, en plus, vous ajoutez les absences du pivot Alexis Ajinca, et de Nando de Colo, deux des cadres de l'équipe et grands artisans de la médaille d'or au championnat d'Europe 2013, vous comprenez pourquoi la France était plus un outsider qu'un favori. Pourtant, Vincent Collet, l'entraîneur des Bleus, a trouvé la clé.

Parce qu'eux seuls y croyaient. Et si l'homme de ce Mondial côté bleu, c'était justement le coach ? Malgré les absences et des matches de préparation mitigés, Vincent Collet a trouvé les solutions. Les jeunes Rudy Gobert, Joffrey Lauvergne ou Thomas Heurtel ont donné raison à leur coach qui leur a fait confiance et leur a donné un gros temps de jeu. Car Vincent Collet a toujours cru en son groupe et a insufflé sa rage de vaincre à tout son groupe. Lui-même le dit : "La première difficulté c'était que les joueurs soient convaincus." Et visiblement, le message a été parfaitement entendu. Car l'objectif initial, c'était les quarts de finale. Mais les Bleus ont réalisé ce que personne n'espérait d'eux.

Vincent Collet a mené ses troupes d'une main de maître.

>> LIRE AUSSI : les Bleus éliminent la "dream-team" espagnole

Parce que l'Espagne. L'affiche était attendue dès le tirage au sort, et elle a bien eu lieu : France-Espagne, à Madrid, devant un public espagnol chaud bouillant en quart de finale. Grands favoris de la compétition, impressionnants au premier tour, la Roja devait marcher sur les Français. Le résultat, vous le connaissez : une victoire des Bleus pour signer le plus grand exploit de l'histoire du basket français (65-52). En toute simplicité.

Parce qu'ils n'ont pas abandonné. Après l'exploit, la gueule de bois. Vendredi soir, la Serbie a brisé les rêves français d'une finale face aux États-Unis. Mais les joueurs des Balkans ont explosé les Tricolores en première période et ont mené au score tout au long de la partie. En dépit d'un retour phénoménal dans le dernier quart-temps, les Français n'ont pas réussi à recoller et s'inclinent de justesse en demi-finale (85-90). Une immense déception qu'ils ont dû évacuer en moins de 24 heures. Car samedi soir, les Bleus étaient de retour sur le parquet pour le match pour la troisième place. Ils auraient pu couler, ils se sont relevés. Chapeau, les Bleus.

basketbilan1

© REUTERS

>> LIRE AUSSI : Basket - la France accueillera l'Euro 2015

Parce qu'ils seront plus forts en 2015. Mais cette troisième place du Mondial n'est en aucun cas la fin de l'aventure. Nicolas Batum, monstrueux dans les matches à élimination directe, en a bien conscience : "Je suis fier de cette équipe-là. C'est un autre chapitre du basket français et j'espère en écrire d'autres". Prochaine étape pour le joueur NBA et ses coéquipiers : l'Euro 2015 à la maison. En France, devant leur public, les Français voudront absolument décrocher la médaille d'or. Ce serait une digne récompense pour une génération exceptionnelle.