Arron, le parcours d'une reine

  • A
  • A
Arron, le parcours d'une reine
@ REUTERS
Partagez sur :

VIDEO - La sprinteuse française a annoncé dimanche la fin de sa carrière à l'âge de 39 ans.

La "Reine" quitte la piste. Christine Arron, le plus beau fleuron du sprint féminin français, a annoncé dans le Journal du dimanche qu'elle mettait un terme à sa carrière à l'âge de 39 ans. "Il y avait l'éventualité de poursuivre une année pour le plaisir. Mais l’horloge tourne, je me suis dit qu'il était temps de faire un second enfant", déclare Arron, enceinte de quatre mois et déjà mère d'un fils de 10 ans.

De Christine Arron, on se souvient d'abord d'une sprinteuse hors du commun, qui avait atteint la plénitude de son talent à l'été 1998, lors des championnats d'Europe de Budapest, en Hongrie. Cette année-là, l'élève de Jacques Piasenta remporta le 100 m en 19"73, un record d'Europe qui tient toujours. Quelques jours plus tard, elle avait permis au relais tricolore de remporter l'or en remontant les dix mètres qu'elle avait de retard sur sa rivale russe Irina Privalova.

Arron remporte le 100 m en 10"73 :

Cinq ans après Budapest, la sprinteuse des Abymes, de retour au plus haut niveau après sa maternité, refit le coup sur le relais lors des championnats d'Europe 2003, en reprenant l'Américaine Torri Edwards dans les tout derniers mètres. A domicile, au Stade de France, le quatuor Girard-Hurtis-Félix-Arron remporta l'or.

Arron et le relais français en or en 2003 :

Ce titre en relais reste comme le seul remporté par Arron au niveau international, la faute à des blessures et à un mental parfois vacillant dans les moments importants. Au niveau individuel, sa meilleure performance demeure deux médailles de bronze décrochées sur 100 et 200 m lors des Mondiaux de Helsinki, en 2005.

Arron décroche le bronze lors des mondiaux 2005 :

Impressionnante en séries puis en demi-finales, elle échoua lors de la finale en 10"98 derrière l'Américaine Lauryn Williams (10"93) et la Jamaïquaine Veronica Campbell (10"95). Arron, athlète au caractère bien trempé, achève sa carrière avec une seule médaille olympique, de bronze et en relais, lors des Jeux olympiques d'Athènes, en 2004.

Cinquième performeuse de l'histoire

Avec son chrono de 10"73, Arron demeure aujourd'hui la cinquième meilleure performeuse de l'histoire sur 100 m, derrière feu Florence Griffith-Joyner (10"49 en 1988), les Américaines Carmelita Jeter (10"64 en 2009) et Marion Jones (10"65 en 1998) et la Jamaïquaine Shelly-Ann Fraser (10"70 en 2012). A l'inverse de sa grande rivale de l'époque, Marion Jones, Arron n'a elle jamais été contrôlée positive. "Le dopage m'a volé le titre d'athlète la plus rapide du monde et tout ce qui va avec : les primes et les contrats de sponsors", regrette-elle avec amertume dans le Journal du dimanche. Mais il n'a pas réussi à voler tous les souvenirs qu'elle laisse aux passionnés d'athlétisme.