Âge : 22 ans, profession : chercheur d'or

  • A
  • A
Âge : 22 ans, profession : chercheur d'or
@ MAXPPP
Partagez sur :

ATHLÉTISME - Passage en revue des grands espoirs français lors des championnats d'Europe.

L'athlétisme français, ce n'est pas seulement Renaud Lavillenie. Certes, le recordman du monde de la perche sera le fer de lance de la délégation française qui va disputer les championnats d'Europe à partir de mardi à Zurich, en Suisse. Mais, dans son sillage, plusieurs athlètes français vont tenter de décrocher l'or. Parmi eux, quatre jeunes tricolores, tous âgés de 22 ans. Présentation avec l’œil expert du consultant d'Europe 1, Jean-Claude Perrin.

Jimmy Vicaut (930x620)

Jimmy VICAUT, 100 m. Double champion d'Europe en titre du 100 m, Christophe Lemaitre va avoir un rival de taille cette année avec son compatriote Jimmy Vicaut. Le licencié du CA Montreuil a réussi le meilleur chrono européen de la saison en 9"95, avec même une pointe à 9"89 mais avec un vent trop favorable. Touché à la cuisse droite fin juin, il effectuera son retour à la compétition aux championnats d'Europe sans certitude.

L'avis de Jean-Claude PERRIN : "Il ne faut pas voir la compétition avec Lemaitre comme une concurrence mais comme une émulation. Pour battre Lemaitre, il faudra que Vicaut soit à son meilleur niveau. C'est toujours gênant d'être blessé au 20 juin comme ce fut son cas parce que c'est à cette période qu'on fait les réglages. Mais c'est aussi une question psychologique. Quand il sera dans les blocks, il ne faudra pas qu'il ait le moindre doute sur la solidité de sa cuisse droite. Au mieux de sa forme, c'est un concurrent très sérieux pour Lemaitre et pour les deux Anglais (Dwain Chambers et James Dasaolu, ndlr)."

Retrouvez également une présentation plus globale de ces championnats d'Europe par "Coach Perrin" chez nos confrères de Sports.fr.

>> Finale du 100 m, mercredi à 21h49

Kévin Mayer (930x620)

Kévin MAYER, décathlon. L'an dernier, à Moscou, il avait échoué au pied du podium mondial (quatrième). A 22 ans seulement, le natif d'Argenteuil est déjà l'une des valeurs sûres des épreuves combinées. A Zurich, il tentera de décrocher l'or qui lui avait échappé pour quelques points, l'an dernier, lors des championnats d'Europe en salle de Göteborg.

L'avis de Jean-Claude PERRIN : "Au minimum il fera un podium, mais décrochera sûrement le titre. Le décathlon est une épreuve à rebondissements, avec deux journées sur le stade donc il y a des pièges multiples. Mais Mayer a toutes les qualités et le talent pour les éviter. Normalement, il doit gagner."

>> Décathlon, mardi et mercredi

Martinot-Lagarde (930x620)

Pascal MARTINOT-LAGARDE, 110 m haies. Terreur sur les juniors (il fut champion du monde en 2010), le hurdleur tricolore n'a pas tardé à confirmer à l'étage supérieur. Vainqueur à trois reprises sur des meetings de la Ligue de Diamant cette saison, il a également abaissé le record de France de Ladji Doucouré à 12"95. Du très costaud en attente de consécration.

L'avis de Jean-Claude PERRIN : "Il aura comme adversaire le Russe Shubenkov, redoutable car il est très expérimenté et fait assez peu de fautes. Mais je pense que Lagarde est meilleur que lui. Le danger est de faire des fautes techniques qui le handicapent et le ralentissent. Mais il est le plus rapide entre les obstacles. Il est l'un des rares à pouvoir faire moins d'une seconde entre les haies. Il est le favori."

>> Finale du 110 m haies, jeudi à 21h50

Bosse (930x620)

Pierre-Ambroise BOSSE, 800 m. Il avait été l'une des révélations des derniers championnats d'Europe à Helsinki : sa spontanéité, son franc-parler et sa fraîcheur avaient marqué les Français. Médaillé de bronze il y a deux ans, il espère cette fois se parer d'or. Son chrono, 1'42"53, le deuxième de l'année au niveau mondial, lui offre des perspectives.

L'avis de Jean-Claude PERRIN : "tout le monde va avoir intérêt à faire une course lente, pourrie, pleine d'embûches, de façon à ce que l'arme n°1 de Bosse, le tempo rapide, soit anéantie. Car si la course est rapide, il est quasiment imbattable. Il ne faut pas qu'il fasse la course pour les autres mais il a intérêt à prendre des risques, malgré tout."

>> Finale du 800 m, vendredi à 19h55