Affaire Pistorius : l'ombre du dopage

  • A
  • A
Affaire Pistorius : l'ombre du dopage
@ REUTERS
Partagez sur :

DOPAGE - De la testostérone a été retrouvée chez lui. Mais il n'a jamais été contrôlé positif…

L'info. Comme l'avait déjà révélé l'hebdomadaire sud-africain City Press dimanche derier, l'enquêteur en charge de l'affaire Hilton Botha a révélé mercredi devant le tribunal avoir retrouvé des seringues et de la testostérone au domicile d'Oscar Pistorius, accusé d'avoir assassiné sa petite amie Reeva Steenkamp dans la nuit de la Saint-Valentin.

La testostérone, un produit dopant interdit. Pas besoin d'éplucher les 10 pages de la liste des produits interdits par l'Agence mondiale antidopage (AMA) pour y trouver la testostérone. Cet agent anabolisant figure en tête des substances prohibées. La testostérone, qu'on peut trouver très facilement sur internet, est utilisée par les sportifs comme un psychostimulant qui  leur permet de lutter contre la fatigue. Ce produit dopant augmente également la masse musculaire du sportif.

Produits-Dopants

Ces produits sont-ils repérables lors des contrôles antidopage ? "Ce sont des produits très facilement détectables lors des contrôles urinaires", affirme Gérard Dine, hématologue au CHU de Troyes et spécialiste du dopage. Ce sont des vieux produits des années 70, plus utilisés par les sportifs qui ne sont pas soumis aux contrôles.

Pistorius-3

Et concernant Pistorius ? Pour le moment, le seul élément tangible est la testostérone retrouvée chez Pistorius. Reste toutefois à attendre le rapport des examens médico-légaux auxquels il a été soumis après le drame pour savoir s'il utilisait bien ces produits. Deux hypothèses sont immédiatement avancées : soit il utilisait la testostérone à usage récréatif (une hypothèse difficilement recevable pour un sportif de haut-niveau) soit pour se doper. A ce moment-là, comment a-t-il pu échapper aux contrôles antidopage ? "Ça serait une immense surprise", lâche Gérard Dine qui avance deux explications : "soit les contrôles antidopage n'ont pas été efficaces, soit il a été très bien conseillé dans l'utilisation des produits dopants". Mais depuis les révélations publiques du cycliste Lance Armstrong, "le doute est partout", explique ce spécialiste du dopage. En gros, Oscar Pistorius a-t-il déjà été contrôlé positif sans qu'on le sache ? La question, bien évidemment à mettre au conditionnel, se pose.

Existe-t-il des précédents ? Comme ce genre de molécules se repère très facilement dans les urines, les sportifs de haut niveau qui veulent se doper ont pris l'habitude d'utiliser d'autres produits comme les hormones de croissance, moins détectables. Mais il existe quand même un cas très connu. Lance Armstrong bien évidemment. Dans son acte de contrition public face à l'animatrice américaine Oprah Winfrey, le coureur américain avait détaillé son petit cocktail de produits dopants. De l'EPO, des transfusions sanguines mais aussi de la testostérone. Et pourtant, Lance Armstrong a réussi à gagner sept Tours de France et passer pendant toutes ces années à travers les mailles du filet…