Abdelatif Benazzi : "ce ne sont pas des musulmans"

  • A
  • A
Abdelatif Benazzi : "ce ne sont pas des musulmans"
@ Olivier MORIN/AFP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - L'ancien capitaine des Bleus estime que "le maximum de réactions de la communauté musulmane sera bénéfique".

L'ancien capitaine de l'équipe de France de rugby, Abdelatif Benazzi, Français né au Maroc, a fait part de son émotion après les événements tragiques qui ont marqué les trois derniers jours en France et notamment l'attentat commis au siège de Charlie Hebdo, mercredi matin. "Je suis blessé. Cet acte barbare n'a rien à voir avec l'islam. Ce ne sont pas des musulmans", a affirmé l'ancien international tricolore, de confession musulmane, interrogé peu avant le dénouement des prises d'otages. "Le fait que ces personnes, ces voyous, ces barbares se reconnaissent dans l'islam, les musulmans eux-mêmes sont touchés, heurtés, violés dans leurs âmes, parce que le fait qu'ils (les auteurs des attaques) se rattachent à cette notion d'islam, qui veut dire paix, ça nous blesse beaucoup."



"Certains font de l'ombre, font du mal." L'ancien joueur d'Agen, qui compte 78 sélections avec le maillot tricolore, poursuit : "je me rends compte encore une fois que les musulmans de France se mobilisent, pour dénoncer cet acte-là, pour dire que ce n'est pas l'islam. J'espère que toute la France comprendra ça, ne fera pas d'amalgame et comprendra que ce qui a été commis n'a rien à voir avec la religion. (...) Le maximum de réactions de la communauté musulmane ne sera que bénéfique. Je me rends compte que, dans cette grande détresse, il y a une mobilisation, que le message est clair. Quand on est laïc et quand on est républicain, on a envie de savoir ce que pensent les vrais musulmans et le fait qu'il y ait cette union sacrée en France, c'est extraordinaire." Le finaliste de la Coupe du monde 1999 conclut : "même si c'est pesant de devoir toujours se justifier, il faut le faire parce que malheureusement, certains font de l'ombre, font du mal".

>> LIRE AUSSI : EN DIRECT - Prise d'otage : Coulibaly et les frères Kouachi tués