24 Heures du Mans moto : victoire française avec Suzuki

  • A
  • A
24 Heures du Mans moto : victoire française avec Suzuki
@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

MOTO - La Suzuki n.30 a emporté dimanche pour la deuxième année consécutive les 24 Heures du Mans. Les trois Français, Vincent Philippe, Anthony Delhalle et Etienne Masson, se sont succédé au guidon.

La Suzuki Endurance Racing Team l'a emporté au 24 Heures du Mans pour la deuxième année consécutive. Sur le circuit mythique de la Sarthe, sa GSXR 1.000 a devancé ses adversaires durant cette première épreuve samedi et dimanche du Championnat du monde d'endurance. Ce sont trois Français, Vincent Philippe, Anthony Delhalle et Etienne Masson, qui se sont succédé au guidon pour devancer de sept tours la Kawasaki n.11 et de douze tours la Kawasaki n.8.

Les ennuis mécaniques des uns...  Les ennuis mécaniques de la Honda n.111, dernière moto en tête avant la prise de contrôle de la Suzuki, ceux de la Yamaha n.7 de l'écurie autrichienne du Yart ainsi que les débuts de course hasardeux de la Yamaha n.94, championne du monde en titre, ont facilité les choses à l'écurie Suzuki. 

... ont fait le bonheur de la Suzuki. En tête depuis la 6e heure, la Suzuki n.30 a contrôlé tous ses principaux adversaires pour offrir une nouvelle victoire à l'écurie française treize fois championne du monde et dirigée depuis trois décennies par Dominique Méliand. La quatre cylindres japonaise, apparue pour la première fois il y a 30 ans, n'a connu aucun soucis au cours des quelque 3500 km parcourus.

Chute pour la Kawasaki n.11. La Kawasaki n.11, qui avait signé la position de pointe comme l'an passé, a une nouvelle fois chuté précocement alors qu'elle était en tête de la course à la première heure. Le pilote Fabien Foret est en effet tombé dans le deuxième tour de son premier relais, provoquant la colère de son patron, Gilles Staffler, dont l'équipe est engagée pour la première fois sur la totalité du Championnat.

>> LIRE AUSSI - Fabio Quartararo, le petit prodige niçois

>> LIRE AUSSI - Sports mécaniques : l'Italie vrombit de plaisir

>> LIRE AUSSI - Formule 1 : Ferrari, à la recherche de sa gloire passée