2011, une année très très sport

  • A
  • A
2011, une année très très sport
@ Montage REUTERS
Partagez sur :

RETRO - Europe1.fr revient, à sa manière, sur les événements sportifs marquants de l’année.

Des jolis cadeaux au pied du sapin, une indigestion après les repas de Noël et ... des rétros à gogos.  Chaque fin d’année est rythmée de la même manière. Il n’y a pas raison de rester sur le carreau. Nous aussi, à Europe1.fr, on a décidé de s’essayer à cet exercice acrobatique.

Le PSG "nouveau"

Difficile de commencer un bilan de l’année sportive en zappant le plus populaire, le foot.  Avec la crise, la saison n’a pas été facile en France. Les clubs français s’étaient fait une raison. Cure d’austérité pour tout le monde et tant pis pour le spectacle. Et comme à chaque fois qu’on est prêt à affirmer "cette fois, j’arrête la Ligue", le PSG nous rappelle à la raison. Mais cette fois, pas question de se marrer, les nouveaux proprios ont mis le paquet. Pastore est recruté dans la foulée, Ménez et Gameiro suivent. Et encore, ce n'était qu'un début.

pastore
Le mercato hivernal est habituellement l’occasion de refourguer deux ou trois joueurs qui prennent la poussière sur le banc et faire éventuellement une bonne affaire. Mais le PSG "nouveau" a décidé de changer les règles. Champagne et petits fours pour tout le monde. Beckham, Ancelotti et peut-être Pato, Malouda, Tevez ou encore Kaka. Il paraît même que la buvette du Parc des Princes a reçu des nouvelles consignes. On va remplacer la bonne vieille saucisse-frites par du caviar à la louche.

SuperMessi contre SuperMourinho

Pendant ce temps-là en Espagne, pas de changement. Et c'est tant mieux. Bien évidemment, le Barça a écrasé son rival madrilène, ne lui laissant que la Coupe du Roi, ou du moins les miettes d’un trophée écrasé par le bus des Merengue le soir de la victoire… Bien évidemment, Messi a écrasé la concurrence. On a bien essayé de vous faire croire, avec un brin de mauvaise foi, qu’il ne méritait pas le Ballon d’Or. Mais comme prévu, le lutin argentin devra élargir le rebord de sa cheminée pour installer son troisième oscar.

SuperMessi a tout dominé sur le terrain. Mais une fois le match terminé, c’est toujours SuperMourinho qui remporte la palme de la "conférence de presse la plus sardonique". Petites phrases assassines sur l’ennemi catalan, mauvaise foi et orgueil assumé,  Mou a régalé ses fans et ses détracteurs. Du grand art.

Les caprices de Lièvremont et la tribune de Noah

On s’est aussi bien marrés en 2011. A la fin de l’été, obligé de retourner au turbin, Marc Lièvremont nous a offert un deuxième mois d’août. Des coups de gueule en conférence de presse, quelques insultes, des défaites ridicules et des exploits dans la foulée. Sans lui, cette Coupe du monde en Nouvelle-Zélande n’aurait pas été aussi géniale.

Lièvremont

Autre fort en gueule, on retiendra aussi la tribune dans le journal Le Monde de Yannick Noah. En confondant dopage et athlètes espagnols, l’ancien tennisman a jeté un bon pavé dans la mare, comme on les aime. Ah le dopage, chaque année, c’est la même chose, tout le monde a été trompé à l’insu de son plein gré. Même notre Jeannie Longo nationale a eu droit à son lot d’accusations.

Alors bien sûr, on oublie bien des pépites en 2011. De la victoire lyonnaise à Zagreb jusqu’à l’exil de Samuel Eto’o au Daguestan en passant par les péripéties d’André-Pierre Gignac ou les crampes de Rafael Nadal, le ridicule a pris le relais de la suspicion et des scandales. Il faudrait plus d’une année pour tout vous raconter dans les détails et le temps presse. Alors, on tourne la page et vivement 2012 !