Mondiaux de cyclisme : le triplé pour Peter Sagan, des regrets pour Julien Alaphilippe

  • A
  • A
Mondiaux de cyclisme : le triplé pour Peter Sagan, des regrets pour Julien Alaphilippe
Peter Sagan a battu de juste Alexander Kristoff. @ Cornelius POPPE / NTB Scanpix / AFP
Partagez sur :

Peter Sagan a remporté, au sprint, son troisième maillot arc-en-ciel consécutif. Une performance unique dans l'histoire. 

Peter Sagan est bel et bien un extra-terrestre. Le Slovaque a décroché dimanche au sprint son troisième titre de champion du monde consécutif, une performance inédite dans l'histoire du cyclisme, dimanche à Bergen, en Norvège. Sagan a battu d'un boyau le Norvégien Alexander Kristoff, alors que l'Australien Michael Matthews termine troisième. Le Français Julian Alaphilippe, longtemps dans le coup, a été rattrapé dans les tous derniers kilomètres, malgré une magnifique performance. L'événement de cette course aura également été l'improbable couac technique à 4 kilomètres de l'arrivée, qui a empêché les téléspectateurs de vivre la fin de la course. 

Le rêve brisé (et pas télévisé) d'Alaphilippe. Le cyclisme français, qui attend depuis 1997 un successeur à Laurent Brochard, a longtemps cru mettre fin à 20 ans d'une longue disette. Comme espéré, Julian Alaphilippe, le leader tricolore, a dynamité la course à 11 km de l'arrivée, prenant le large dans la montée de Salmon Hill. Seul l'Italien Gianni Moscon est parvenu à suivre le rythme effréné du puncheur tricolore. Mais Alaphilippe, impressionnant, a remis un coup de collier à 5 km de l'arrivée, décrochant l'Italien. À ce moment-là, on s'est pris légitimement à rêver d'un sacre attendu.

Sauf que, à 4 kilomètres du dénouement, la retransmission a subitement été coupée. Un black-out insoutenable, qui a plongé les téléspectateurs dans l'incertitude la plus totale, avec un plan fixe de la dernière ligne droite. Alaphilippe était-il toujours en tête ? Allait-il être champion du monde ? La réponse, cruelle et incompréhensible, est arrivée à environ un kilomètre de l'arrivée. Quand la réalisation est enfin revenue, le Français n'était plus en tête, rattrapé on ne sait comment, ni par qui. Toujours est-il qu'on a compris à ce moment-là qu'une trentaine de coureurs allaient se disputer la victoire finale.

La photo finish : 

vlcsnap-2017-09-24-16h41m19s215

Sagan dans l'histoire. Peter Sagan, lui, n'en a cure de ces considérations. Longtemps caché dans le peloton, le Slovaque a surgi dans le final pour faire la différence. Il a réglé toute la concurrence au sprint, se permettant de battre, chez lui et d'une demi-roue, le Norvégien Alexander Kristoff au terme d'un sprint spectaculaire. Avec trois titres mondiaux, Sagan rejoint au palmarès l'Italien Alfredo Binda (1927, 1930, 1931), les Belges Rik van Steenbergen (1949, 1956, 1957) et Eddy Merckx (1967, 1971, 1974) et l'Espagnol Oscar Freire (1999, 2001, 2004). Un géant, tout simplement.