Mondiaux d'athlétisme : le Turc Ramil Guliyev champion du monde du 200 m

  • A
  • A
Mondiaux d'athlétisme : le Turc Ramil Guliyev champion du monde du 200 m
Ramil Guliyev a devancé les principaux favoris pour décrocher l'or sur 200 m !@ Glyn KIRK / AFP
Partagez sur :

Le Turc Ramil Guliyev a décroché la médaille d'or du 200 m à la surprise générale, jeudi soir. Wayde Van Niekerk termine deuxième. 

Sensation sur le demi-tour de piste ! Le Turc Ramil Guliyev a été sacré champion du monde (20''09) à la surprise générale, jeudi soir, aux Mondiaux de Londres, devant Wayde Van Niekerk (20''11). Le Sud-Africain, titré sur le 400 m et grand favori de cette finale du 200, doit donc se contenter de la médaille d'argent et ne réussit pas son pari d'égaler l'Américain Michael Johnson, seul athlète à avoir réussi le doublé 200-400 m. Le Trinidadien Jereem Richards, impressionnant en demi-finales, prend lui la troisième place (20''11). 

Au nez et à la barbe de Van Niekerk. Personne n'attendait Guliyev, inconnu du grand public, pour prendre la succession d'Usain Bolt, champion du monde du 200 m en 2015. Les projecteurs étaient tous braqués sur Wayde Van Niekerk, héritier annoncé de la superstar jamaïcaine. Mais le Sud-Africain n'a pas réussi à tenir la distance. Le champion olympique et du monde du 400 m, qui rêvait d'un doublé 200-400 m pour entrer dans l'histoire de l'athlétisme, s'est fait dépasser sur la fin par le coureur turc, âgé de 27 ans. Guliyev pouvait alors célébrer son inattendu sacre en déployant à la fois un drapeau de l'Azerbaïdjan, son pays d'origine, et celui de la Turquie. 

Guliyev s'offre Van Niekerk : 

Déception pour Makwala. L'autre favori de cette course, Isaac Makwala, a lui terminé à une décevante sixième place (20''44). Le Botswanais, détenteur de la meilleure performance mondiale de l'année (19''77), n'a jamais été dans le coup pour une médaille. Makwala avait été au cœur d'une énorme polémique après avoir été interdit dans un premier temps de prendre part aux séries du 200 m, en raison d'une gastro-entérite. Il avait ensuite été autorisé à s'élancer seul, l'une des images marquantes de ces Mondiaux. Makwala, extrêmement motivé et déterminé, n'a finalement pas réussi à prendre sa revanche.