Mondiaux d’athlétisme : la (triste) journée des Français

  • A
  • A
Mondiaux d’athlétisme : la (triste) journée des Français
@ OLIVIER MORIN / AFP
Partagez sur :

Christophe Lemaitre s'est qualifié pour les demi-finales du 200 m. La seule "performance" française du jour. Pierre-Ambroise Bosse et Mélina Robert-Michon ont déçu.

Au lendemain de l’immense désillusion de Renaud Lavillenie, l’équipe de France d’athlétisme s’est réveillée avec la gueule de bois. Mardi, on espérait donc une bonne nouvelle de Mélina Robert-Michon. Certains rêvaient même d’un coup d’éclat de Pierre-Ambroise Bosse sur 800m. Au final, rien, ou presque… Europe 1 vous résume la journée des Bleus.

• 200 m : Lemaitre se qualifie dans la douleur pour les demi-finales

fff

Éliminé en demi-finales du 100 m, blessé à un fessier et arrivé en manque d’entraînement à Pékin, Christophe Lemaitre s'est qualifié dans la douleur pour les demi-finales du 200 m en terminant troisième de la première série, en 20'29. "La qualification est là quand même. Bien sûr je suis déçu, car ce n'était pas bien techniquement. Je me déporte dans le virage et je pars en cycle arrière au début de la ligne droite", a commenté à chaud le Français. "Avec ma blessure, il y a des manques de repères, même si le 200 m est ma distance. Je ne pensais pas que ces semaines sans travail, ça entraînerait autant de défauts", a ajouté Lemaitre.

Usain Bolt, lui, a survolé sa série (20'28), tout comme son dauphin sur 100, l’Américain  Justin Gatlin (20'19). Les deux hommes s’avancent sereinement vers la demi-finale. Et le rendez-vous est (presque) déjà pris pour la finale, jeudi à 14h55.

• 800 m hommes : Déception pour Pierre-Ambroise Bosse

Recordman français de la discipline, en 1'42''53, Pierre-Ambroise Bosse voulait faire oublier sa dernière place aux Championnats d'Europe de Zurich l'été dernier. C’est partiellement réussi pour le champion de France, qui a terminé mardi à une correcte cinquième place (1'46''63), loin derrière le Kenyan David Rudisha, qui a récupéré son titre, perdu en 2013 à Moscou.

bosse

"C’est pas encore ça, mais on va y arriver. Dix minutes avant l’échauffement, Cheruiyot Rotich est venu me voir, il m’a dit :’viens voir, aujourd’hui Rudisha va voler’. Ça voulait dire il va courir en 1'40". J’ai dit,’ ça va, je suis prêt’, même si je n’étais pas vraiment prêt à faire une grosse course, mais je m’étais préparé à essayer de suivre Rudisha. Mais une fois la course partie, ce n’était pas le tempo qu’on attendait. Je suis atteint psychologiquement. Je me dis : ‘putain, ce n’est pas possible, il est en train de faire ce que je craignais le plus’. Après, sur la fin, dans la dernière ligne droite, j’étais prêt à me faire confiance, mais j’étais encore un peu juste. Mais je n’ai pas de regret à avoir. C’est une question de force et ils sont plus forts que moi", a-t-il déclaré à L’Equipe juste après sa course.

• Longueur : pas de miracle pour Kafétien Gomis

A 35 ans passés Kafétien Gomis disputait ses deuxièmes Mondiaux (après ceux de Berlin, en 2009, où il avait été éliminé en qualification avec un bond à 7,90m). Un rendez-vous que le médaillé de bronze des Championnats d’Europe de Zurich abordait sans certitude. "Le plus dur, pour moi, va être de passer le stade des qualifications", assurait-il avant la compétition dans le Bien public. Il a eu le nez creux : mardi, "tonton Kaf" s’est hissé en finale de la longueur, terminant finalement à la septième place, avec un saut à 8,02m. La médaille d’or est autour du cou du Britannique Greg Rutherford, déjà champion olympique et d'Europe (8,41m).

• Lancer de disque : Mélina Robert-Michon même pas dans le top 8…

mmmmmmm

Médaillée d'argent au lancer du disque il y a deux ans aux Mondiaux de Moscou, Mélina Robert-Michon représentait, avec Renaud Lavillenie, une des (rares) chances de médailles françaises. C’est raté. Incapable de se qualifier parmi les huit autorisées pour les trois derniers lancers, la championne de France termine à la 10e place, avec un avec un jet à 60,92m. "J'ai essayé, j'ai mis tout ce que j'avais mais je ne réussissais pas à me lâcher complètement. C'est super frustrant", a réagi à chaud "MRM".

La Cubaine Denia Caballero est quant à elle devenue championne du monde du disque avec un premier jet à 69,28 m.