Mondial de rugby : France-Canada, la victoire avant tout

  • A
  • A
Mondial de rugby : France-Canada, la victoire avant tout
Les joueurs du XV de France, tout sourire après la victoire contre la Roumanie. @ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

Les joueurs du XV de France s’agacent des critiques sur leur manque de panache et d’allant offensif avant d’affronter le Canada. 

Barbe fournie, l’œil sombre, Mathieu Bastareaud a mis les choses au clair, lundi. Le centre du XV de France, titulaire jeudi soir pour le troisième match de poules contre le Canada, a balayé les critiques (justifiées) concernant la pauvreté du jeu des Bleus. "C'est une Coupe du monde, on est là pour gagner, pas pour satisfaire les spécialistes", a répondu le joueur du RC Toulon, interrogé en conférence de presse. Pas de romantisme mais du pragmatisme, le mot d’ordre des Tricolores pour la fin de la phase de poules est donc clair. Europe 1 analyse pourquoi le XV de France doit impérativement gagner contre le Canada avant le choc contre l’Irlande.

Pour engranger un maximum de points. "Il y a toujours des critiques, des polémiques. De l'extérieur, apparemment, c'est pas très joli à voir. Mais on gagne les matches", a constaté Mathieu Bastareaud. En effet, avec deux victoires en deux matches, dont un avec bonus offensif contre la Roumanie (38-11), le bilan comptable est presque parfait pour la France. Mais les coéquipiers de Frédéric Michalak ont laissé échapper le bonus offensif contre l’Italie (32-10), et affichent un point de moins que l’Irlande au compteur (10 points contre 9). Le XV de France doit donc impérativement gagner en marquant plus de quatre essais contre le Canada afin d’engranger un maximum de points au classement. Au moins les statistiques, elles, ne jugent pas de la qualité du jeu proposé…

Pour se rassurer avant l’Irlande. Balayé par l’Irlande (50-7), le Canada a failli réaliser l’exploit contre l’Italie lors du deuxième match de poules. Malgré une grosse domination, les vaillants joueurs d’Amérique du Nord ont échoué à quelques encablures de la victoire contre la Squadra Azzurra (18-23). Les Français sont donc prévenus : le Canada ne s’avancera pas en victime expiatoire à Milton Keynes, la ville du centre de l'Angleterre où se jouera la rencontre. Comme contre la Roumanie, les Bleus devront afficher solidité et sérieux avant le vrai choc de la poule D contre l’Irlande, double tenante du Tournoi des Six Nations.  

Pour éviter les Blacks. Car l’affrontement contre le XV du Trèfle ressemblera à un huitième de finale. Le vainqueur aura en effet la chance d’éviter la Nouvelle-Zélande, championne du monde en titre et épouvantail de la compétition, en quarts de finale. "Tout n'est pas parfait, il y a du déchet. Mais on est en course pour être premiers de poule, on a gagné deux matches. Que demander de plus ?", a résumé Mathieu Bastareaud. A défaut de jeu et de plaisir, la première place de la poule revêt donc une importance capitale pour les Bleus, mais n’offrira aucune garantie. Car même en battant l’Irlande, le XV de France aurait fort à faire. Les hommes de Philippe Saint-André pourraient alors rencontrer leur bête noire : l’Argentine. Une équipe qui, elle, a donné des sueurs froides aux Néo-Zélandais.