Mondial de handball 2017 : pourquoi les Bleus raflent tous les titres

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'équipe de France de handball cumule les titres et les sacres depuis vingt ans. Une réussite qui s'explique en partie par la professionnalisation de ce sport, d'abord prisé des cours de sport à l'école.

L'ENQUÊTE DU 8H

Les Bleus ouvrent le Mondial de handball à domicile mercredi soir face au Brésil et, encore une fois, ils sont attendus par leurs supporters. Et pour cause : l'équipe de France a tout raflé depuis deux décennies. Cinq championnats du monde, trois titres européens et deux Jeux olympiques... Comment expliquer que les Bleus sont devenus au hand ce que sont les All Blacks au rugby ?

La professionnalisation du handball. Depuis le premier titre de la France en championnat du monde en 1995, le handball français a bien changé de visage : ce sport, davantage prisé des cours de sport à l’école, s’est professionnalisé en 20 ans. Notamment grâce à la mise en place d'un système de formation et de recrutement unique, comme l'explique le sélectionneur des filles de l'équipe de France. "On a 25 pôles en garçons et 25 pôles en filles. On n’a pas de pôle France, c’est-à-dire qu'on ne réunit pas l’élite française, contrairement aux autres sports collectifs, dans une seule structure, ce qui nous permet d’avoir un maillage extraordinaire, et surtout qui nous permet de travailler avec beaucoup de jeunes (...) Et parfois on a d'excellentes surprises", résume Olivier Krumbholz, également directeur du Mondial, sur Europe 1. Le nombre de licenciés grimpe d’ailleurs à chaque fois que l’équipe de France s’illustre en compétition : la Fédération française de handball compte aujourd’hui 550.000 licenciés, soit trois fois plus qu’en 1992.

Deux sélectionneurs en 30 ans. Les Bleus ne faiblissent pas et restent à leur plus haut niveau depuis leur premier titre. Une des clés de cette réussite est en partie due à la stabilité de l’équipe de France, qui n’a connu que deux sélectionneurs en 30 ans, Daniel Costantini et Claude Onesta, quand les autres sports collectifs connaissent une valse des entraîneurs au moindre mauvais résultat. Et si Claude Onesta a laissé la main cet été à deux anciens joueurs, Didier Dinart et Guillaume Gilles, ces derniers l'avouent sans détour : ils n’hésitent pas à solliciter leur mentor à la moindre interrogation. La réussite passe aussi par la qualité de la transmission de l'expérience, disent-ils. 

Toutefois, les spécificités du hand profitent sans doute aux Français : sport européen, le handball n'est pas aussi international que le football et il y a de fait moins de concurrence. Et le handball se frotte à davantage de compétitions que le foot ou le rugby : l’Euro et le Mondial sont organisés tous les ans, en alternance…. Ce qui donne aux Bleus l’occasion de gagner un titre chaque année.