Monaco-OL : "Lyon a souvent profité des erreurs d’arbitrage mais…"

  • A
  • A
Monaco-OL : "Lyon a souvent profité des erreurs d’arbitrage mais…"
Ruddy Buquet a exclu Benjamin Mendy à la 39e minute pour un mauvais coup sur Jérémy Morel. @ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

Le vice-président de Monaco Vadim Vasilyev a violemment critiqué l’arbitrage après la défaite (3-1) contre Lyon. A-t-il eu raison de s'emporter ? 

La charge est ultra-violente. Juste après la défaite (3-1) contre Lyon, le vice-président de Monaco Vadim Vasilyev a totalement perdu son sang-froid. Et lâché : " Je vais dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. L'Olympique lyonnais est favorisé par l'arbitrage. Je constate que Lyon gagne souvent à onze contre dix". Mais ce n’est pas tout. Vasilyev a même sous-entendu même qu’il existe une omerta sur le cas lyonnais et l’arbitrage. "Plusieurs fois, j'ai même entendu en coulisses des présidents dont je ne dirai pas les noms, parler de ça", a-t-il assuré. L'OL favorisé par l'arbitrage ?

L’ancien arbitre international français et ancien président du syndicat des arbitres de football d’élite (2008-2010) Eric Castellani répond à nos questions.

L’Olympique lyonnais est-il avantagé par les arbitres ?

Qu’il y ait eu une erreur d’arbitrage ou même plusieurs dimanche pendant le match Monaco-Lyon, c’est une chose. Mais faire de ces erreurs une généralité est absurde. Il est vrai que par le passé, Lyon a souvent profité des erreurs d’arbitrage. Mais il y a des raisons à cela. Lyon a longtemps dominé le championnat de France (2001-2008). Et lorsqu’il y a des erreurs d’arbitrage, elles avantagent beaucoup plus l’équipe qui attaque que l’équipe qui défend. De là à dire que les arbitres ont dans l’esprit de favoriser Lyon est totalement faux. C’est même inadmissible de la part de Vadim Vasilyev.

Les arbitres sont donc incorruptibles selon vous ?

Rentrons dans l’absurde si vous le voulez. Plaçons-nous dans la configuration d’une tricherie. Dans ce cas précis, l’arbitre rentrerait sur le terrain avec une seule idée en tête : avantager l’OL. Il va devoir faire les choses intelligemment, ne pas éveiller trop les soupçons. 

Lyon s'est imposé (3-1) sur la pelouse de Monaco : 

Car Vadim Vasilyev oublie une chose essentielle : la présence d’un contrôleur dans le stade. Ancien arbitre professionnel, il n’est plus en exercice mais supervise la rencontre. À l’issue du match, il va donner des notes à l’ensemble du corps arbitral (arbitre central et arbitres assistants, ndlr). Si éventuellement une erreur lui échappe, un autre contrôle va être opéré par la cellule vidéo qui se réunit toutes les quatre-cinq journées de championnat. Cette cellule sera forcément plus attentive à cette rencontre dite litigieuse.

Quel intérêt aurait un arbitre à avantager une équipe comme Lyon ?

Absolument aucun. Celui qui a officié pour le match Monaco-Lyon, Ruddy Buquet, est un arbitre qui a le vent en poupe au niveau européen. S’il était soupçonné une seule seconde de tricherie, il risquerait sa carrière. De plus, il est impossible aux arbitres de tricher dans notre championnat. Ils gagnent toujours plus dans leur fonction d’arbitre que dans leur profession. Et au terme de leur carrière, il touche une très belle prime pour chaque année d’exercice. S’il était suspecté, il serait immédiatement mis sur la touche.

Pourquoi l'OL concentre-t-il autant de critiques ?

C’est surtout le président de Lyon, Jean-Michel Aulas, qui concentre autant les critiques. C’est un homme qui a réussi  en tant que président de club. C’est aussi quelqu’un d’intelligent, qui sait publier le petit tweet pour détourner l’attention sur lui. Dimanche, il y a eu une grosse faute de hors-jeu oublié sur le deuxième but de Mario Balotelli (face à Dijon) et pourtant, personne ne s’en est ému. Pour Vadim Vasilyev, il est plus facile de s’attaquer au plus faible, c’est-à-dire l’arbitre, qu’à Jean-Michel Aulas en personne.