Mexique : le sélectionneur licencié après avoir frappé un journaliste

  • A
  • A
Mexique : le sélectionneur licencié après avoir frappé un journaliste
Miguel Herrera, ici en mai 2015, n'aura pas eu le temps de profiter longtemps de sa victoire en Gold Cup.@ Yuri CORTEZ/AFP
Partagez sur :

SANCTION - Miguel Herrera, tout juste vainqueur de la Gold Cup avec le Mexique, a été licencié après une altercation avec un journaliste.

Miguel Herrera n'aura pas profité longtemps de la victoire de son équipe lors de la Gold Cup aux Etats-Unis. Deux jours après son succès en finale face à la Jamaïque lors de l'équivalent de l'Euro en Amérique du Nord et centrale, le sélectionneur du Mexique a en effet été démis de ses fonctions pour avoir agressé un journaliste à l'aéroport de Philadelphie, où le groupe mexicain embarquait. "J'ai pris la décision d'écarter Miguel Herrera de la direction technique de l'équipe nationale (...) Nos valeurs, nos principes sont supérieurs à n'importe quel résultat", a insisté le futur président de la Fédération mexicaine, Decio de Maria. "Limoger Herrera a été une décision complexe", a-t-il ajouté, mais "la violence n'a pas sa place dans la société, dans la famille et encore moins dans notre sport".

Herrera, connu pour avoir le sang chaud, aurait porté un "coup à la nuque" à Christian Martinoli, populaire commentateur de la chaîne télévisée TV Azteca. Herrera a affirmé ensuite ne pas avoir frappé, mais avoir seulement "poussé" le journaliste, qui ne l'avait jamais ménagé dans ses critiques. La chaîne Univision Noticias a diffusé des vidéos amateur où l'on peut voir une altercation entre le journaliste et le sélectionneur, mais également avec la fille de celui-ci, visiblement très remontée.

Le sélectionneur du Mexique et sa fille s'opposent à un journaliste :

Miguel Herrera avait pris la succession de Victor Manuel Vucetich en octobre 2013. Son nom ne vous dit peut-être rien mais vous vous souvenez sans doute de ses scènes de célébration sur le banc de touche, lors de la dernière Coupe du monde au Brésil, notamment contre la Croatie (3-1). Le Mexique avait été éliminé en huitièmes de finale par les Pays-Bas après une campagne plutôt satisfaisante (2-1).

Miguel Herrera célèbre les buts mexicains face à la Croatie :

Une Gold Cup chaotique. Ce licenciement met fin à un drôle d'été pour le Mexique. D'abord engagé dans la Copa America (l'Euro version sud-américaine qui invite régulièrement deux équipes hors de la zone Amsud), le Mexique a été éliminé au premier tour après deux matches nuls et une deéfaite. Il a ensuite remporté la Gold Cup, mais après un parcours pour le moins chaotique. Vainqueur de Cuba en ouverture (6-0), El Tri a ensuite concédé deux matches nuls, contre le Guatemala (0-0) et Trinité-et-Tobago (4-4).

Il a ensuite rejoint la finale en bénéficiant de décisions arbitrales très favorables, contre le Costa Rica en quarts de finale (1-0 sur penalty après prolongation) puis contre le Panama en demi-finales (2-1 après prolongation grâce à deux penalties et avec un carton rouge pour l'adversaire). Après cette rencontre, les Panaméens avaient crié au scandale et accusé la Concacaf (l'équivalent de l'UEFA en Amérique du Nord et centrale) d'avoir voulu influencer le résultat afin d'assurer la présence du Mexique en finale. Et celle de nombreux Mexicains dans les tribunes...