Marathon: Le Kényan Kipchoge juste au-dessus des deux heures

  • A
  • A
Marathon: Le Kényan Kipchoge juste au-dessus des deux heures
@ SAJJAD HUSSAIN / AFP
Partagez sur :

Le Kényan Eliud Kipchoge est resté samedi juste au-dessus de la barrière des deux heures sur la distance du marathon avec un temps de deux heures et 24 secondes réalisé sur le circuit automobile de Monza en Italie, lors d'une tentative orchestrée par  son équipementier Nike. 

Une performance énorme pour le coureur kényan Eliud Kipchoge. A Monza, il a frôlé la mythique barre des deux heures sur la distance du marathon. Pour parcourir les 42,195 kilomètres lors d’une tentative orchestrée par Nike, Kipchoge a mis deux heures… et 24 secondes.



Le défi technologique et la grosse opération marketing imaginés par l’équipementier visaient à optimiser un ensemble de conditions et d'éléments (aérodynamique, météo, nutrition...) pour passer sous les deux heures, l'un des seuils mythiques de l'athlétisme. Outre Kipchoge, deux autres marathoniens ont pris part à la tentative, l'Éthiopien Lelisa Desisa, vice-champion du monde 2013, et l'Érythréen Zernesay Tadese, 3e du 10.000 m des JO-2004 et 2e des Mondiaux-2009 sur la même distance.

Un temps record pas homologué. Les conditions de la tentative, avec notamment la présence de plusieurs équipes de lièvres se relayant pour protéger Kipchoge, interdisent l'homologation de ce résultat comme un record du monde, qui reste donc de 2 heures 02 minutes 57 secondes, réalisé en 2014 à Berlin par un autre Kényan, Dennis Kimetto.

Entourés par des équipes de lièvres qui se relayaient à chaque tour du circuit (2,4 km) qui accueille chaque année le Grand Prix de F1 d'Italie, les trois coureurs étaient équipés de chaussures spécialement élaborées pour l'occasion, ainsi que de shorts et de plaques collées sur les mollets dans une optique aérodynamique.

Une fin de course compliquée. Après 30 kilomètres, le champion olympique du marathon à Rio était encore à la seconde près sur la base de deux heures pile sur la distance. Mais il avait cinq secondes de retard au bout de 35 kilomètres et quelques signes de souffrance sont alors apparus sur le visage et dans la foulée jusque-là irréprochable du Kényan.

Dans la dernière ligne droite, ses lièvres l'ont encouragé en criant et en frappant dans leurs mains mais Kipchoge avait pris trop de retard. Au bout du compte, le temps du record du monde est très nettement battu, mais la barrière des deux heures tient toujours. Pour 24 petites secondes.