Ligue Europa : pourquoi Saint-Étienne-Manchester United se joue-t-il mercredi à 18 heures ?

  • A
  • A
Ligue Europa : pourquoi Saint-Étienne-Manchester United se joue-t-il mercredi à 18 heures ?
Florentin et Paul Pogba vont à nouveau se croiser, jeudi soir, sur le terrain de Geoffroy-Guichard.@ Oli SCARFF/AFP
Partagez sur :

Saint-Étienne, qui retrouve les sommets européens, est contraint de recevoir Manchester United en fin d'après-midi, mercredi.

LA QUESTION CON

"Le plus grand événement à vivre à Geoffroy-Guichard depuis les années 1980." C'est comme ça que le président du conseil de surveillance de Saint-Étienne, Bernard Caïazzo, présente le match retour entre les Verts et Manchester United, en seizièmes de finale retour de la Ligue Europa. Et pourtant, cet événement historique, à peine amoindri par le résultat du match aller (3-0 pour Manchester), n'aura lieu ni jeudi, jour habituellement dévolu à la "deuxième" Coupe d'Europe, ni même en "prime time". Explications.

  • Pourquoi le match n'a-t-il pas lieu jeudi ?

Si vous suivez les choses du foot, vous le savez déjà : si les mardis et mercredis sont réservés pour la Ligue des champions, le jeudi est le jour de la Ligue Europa. Et pourtant, "Sainté" ne jouera pas jeudi, mais dès mercredi. La raison est simple.

Jeudi soir, à 21h05, est également prévu à une cinquantaine de kilomètres de Saint-Étienne, un autre seizième de finale retour de la Ligue Europa, entre Lyon et le club néerlandais de l'AZ Alkmaar. L'organisation des deux rencontres à quelques heures et kilomètres d'intervalle, avec la présence commune dans la région de supporters anglais et néerlandais, souvent bouillants en déplacement, le tout en plein état d'urgence, était particulièrement délicate à gérer pour le club et les autorités. L'UEFA, organisatrice de la compétition, a donc estimé légitime de décaler la rencontre d'une journée, comme elle l'a fait aussi pour le match entre Fenerbahçe et Krasnodar, un autre club d'Istanbul, Besiktas, devant lui aussi jouer à domicile, jeudi soir, dans cette même Ligue Europa.

  • Pourquoi n'est-ce pas Lyon qui doit jouer mercredi ?

Là encore, l'UEFA a ses règles. C'est l'équipe qui a le meilleur coefficient UEFA qui a la priorité pour conserver la date et l'heure prévues à l'origine. À ce classement, qui prend en compte les résultats du club sur les cinq derniers exercices européens, l'OL est 29ème, tandis que l'ASSE, qui accumule de gros points depuis deux saisons seulement, ne pointe qu'au 56ème rang. Lyon, qui s'est imposé 4-1 aux Pays-Bas, recevra donc Alkmaar à 21h05, jeudi soir, au Parc OL, comme cela avait été prévu à l'origine par le tirage au sort des seizièmes de finale.

  • Pourquoi le match n'est-il pas programmé en "prime time" ?

Les supporters stéphanois qui travaillent mercredi auront à peine le temps de quitter leurs bureaux pour se rendre au stade. Car le match, initialement prévu à 19 heures - les soirées de Ligue Europa se divisent en deux créneaux, 19 heures et 21h05 et les équipes alternent entre ces deux créneaux - a finalement lieu à 18 heures. Il s'agit là d'une décision liée à la diffusion, afin de ne pas "cogner" avec les deux derniers huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, prévus eux à 20h45, Porto-Juventus et Séville-Leicester.

Et pourquoi pas 18h30 alors ? Tout simplement parce qu'une prolongation est possible (pour mardi soir, ce serait un petit miracle !) et que, dans ce cas-là, le match "déborderait" encore sur les deux affiches de mercredi soir.

Cette décision, l'entraîneur des Verts, Christophe Galtier, s'en accomode plutôt bien. "Mercredi soir, à 18 heures, pendant les vacances, c'est bien !", a-t-il considéré en conférence de presse. Mais cet horaire décalé, conséquence d'impératifs de sécurité, ne détend pourtant pas totalement les autorités. En effet, près de 1.500 supporters anglais sont attendus et la préfecture de la Loire souligne qu'il "faudra aussi prendre en compte l'après-match". En septembre 1977, la dernière rencontre européenne entre Saint-Étienne et Manchester United avait donné lieu à des incidents à Geoffroy-Guichard, des hooligans anglais ayant investi une tribune.