Ligue Europa - OM-Atlético : pour Griezmann, enfin la bonne ?

  • A
  • A
Ligue Europa - OM-Atlético : pour Griezmann, enfin la bonne ?
Antoine Griezmann n'a pas encore remporté de titre majeur avec l'Atlético. @ GABRIEL BOUYS / AFP
Partagez sur :

L’attaquant français, courtisé par le FC Barcelone, fait les choux gras des quotidiens sportifs espagnols. Mais avant de penser à un transfert, il ambitionne de remporter enfin un titre majeur avec l’Atlético, mercredi en finale de C3 contre l’OM.

Depuis plusieurs semaines, Antoine Griezmann ne cesse de faire parler de lui en Espagne. L’attaquant français est annoncé avec insistance au FC Barcelone la saison prochaine, au point que l’Atlético de Madrid a publié la semaine dernière un communiqué pour critiquer la démarche du Barça vis-à-vis de son attaquant star. Mais avant de penser à un éventuel transfert, "Grizi" espère enfin remporter un trophée majeur, mercredi soir en finale de la Ligue Europa. Le symbole serait d’autant plus fort qu’il affrontera l’OM, club dont il était fan dans son enfance, dans le stade de l’Olympique lyonnais, qui l’avait recalé de son centre de formation.



Il a failli jouer à Lyon (avant de marquer contre eux). Antoine Griezmann connaît particulièrement bien Lyon, distante de 70 kilomètres de Mâcon, sa ville natale. "Jusqu'à mon départ pour le Pays basque (à 14 ans), j'allais très souvent avec mon père à Gerland (l'ancien stade de l'OL). J'y étais même le soir du premier titre de champion de l'OL en 2002. J'ai vibré devant les coups francs de Juninho et les buts de Sonny Anderson", racontait-il au JDD, en juin 2017. A l’époque, son talent saute déjà aux yeux.

Pourtant, l’OL le recale de son centre de formation, la faute à sa petite taille. "À 13 ans, j'ai fait plusieurs matches d'essai à l'Olympique Lyonnais avec Lacazette, Grenier et d'autres. Le club a appelé mon père pour lui dire qu'on devait patienter et surveiller ma croissance. Montpellier a eu la même réserve liée à ma taille inférieure à la moyenne. Quatre mois plus tard, Eric Olhats, recruteur à la Real Sociedad, m'a récupéré", se souvenait-il, toujours dans les colonnes du JDD. Il prendra sa revanche quelques années plus tard, en 2013, en inscrivant un ciseau acrobatique d’anthologie avec la Real Sociedad, sur la pelouse de Gerland, en barrage de la Ligue des champions (victoires à chaque fois 2-0). 

Le superbe ciseau de Griezmann contre Lyon, en 2013 :

Il était fan de l’OM. Avant de faire les beaux jours de la Real Sociedad, puis de l’Atlético de Madrid, "Grizi" s’était pris de passion pour l’autre Olympique, celui de Marseille. "J’étais allé voir Marseille-Bologne (en demi-finales de la C3 1999, ndlr). A la fin, je ne regardais plus le match, je ne regardais que les supporters qui chantaient", a-t-il assuré début mai sur le site de L’Equipe, avant la demi-finale retour de Ligue Europa.

"J’ai toujours adoré Marseille. C’est une ville qui vit pour le foot. J’adore le stade, j’adore le maillot. Pour moi, c’est vraiment le plus grand club en France." Les années ont passé, mais son amour d’enfance est resté. Au point qu’aujourd’hui, lorsqu’il joue à la célèbre simulation d’entraîneur Football manager, il choisit souvent de diriger l’OM.

Il veut enfin gagner une finale. Mercredi soir, Griezmann ne fera cependant pas de sentiments. A 27 ans, le Français ne compte qu’une maigre Supercoupe d’Espagne à son palmarès, l’année de son arrivée à l’Atlético (2014). La faute à une année 2016 terrible, lors de laquelle il perd d’abord la finale de la Ligue des champions face au Real Madrid (1-1 a.p., 5 t.a.b. à 3), après avoir raté un penalty dans le temps réglementaire. Puis, deux mois plus tard, il connaît une nouvelle frustration avec les Bleus, en finale de l’Euro 2016, face au Portugal (0-1 a.p.), malgré le titre honorifique de meilleur buteur de la compétition. La troisième finale sera-t-elle la bonne ?

Une finale en guise d’adieux ? Ce rendez-vous à Lyon est d’autant plus symbolique pour Griezmann qu’il pourrait être sa dernière occasion de gagner un titre avec l’Atlético. Le Français, arrivé en 2014 dans la capitale espagnole, est en effet annoncé avec insistance au FC Barcelone pour la saison prochaine (le transfert pourrait atteindre plus de 100 millions d’euros). Pour le convaincre de rester, l’Atlético lui offrirait une substantielle augmentation de salaire, de 12 à 20 millions d’euros par an selon les médias espagnols. De quoi l’inciter à réfléchir… après la finale.