Ligue des champions : y a-t-il un bon tirage pour Monaco ?

  • A
  • A
Ligue des champions : y a-t-il un bon tirage pour Monaco ?
L'AS Monaco connaîtra son adversaire peu après midi, vendredi.@ Fabrice COFFRINI / AFP
Partagez sur :

L'AS Monaco, qui retrouve le dernier carré treize ans après, connaîtra son sort peu après midi, vendredi. Ce sera le Real, l'Atlético ou la Juve.

Le 27 juillet dernier, l'AS Monaco s'inclinait sur la pelouse de Fenerbahçe (2-1) lors du troisième tour préliminaire aller de la Ligue des champions. Neuf mois plus tard, l'ASM sera au rendez-vous vendredi du tirage au sort des demi-finales. En cela, il s'agit déjà d'un exploit historique, comme l'a souligné l'entraîneur de l'ASM, Leonardo Jardim, puisqu'aucune équipe issue du troisième tour préliminaire n'avait réussi jusque-là à se qualifier pour le dernier carré. Alors quand il s'agit de savoir s'il y aurait un "bon tirage" pour l'ASM, le technicien portugais botte logiquement en touche.

"Trois belles équipes". "Pour nous, il n'y a pas de choix, ce sont trois très belles équipes", avouait-il mercredi soir après la qualification de son équipe. "Notre ambition, c'est de profiter des demi-finales et de jouer avec nos qualités. Les quatre équipes peuvent gagner la compétition. Nous ne sommes pas favoris, mais nous allons jouer la demie avec la même ambition que les quarts, avec l'envie de nous qualifier." Lors de cette demi-finale (aller les 2 et 3 mai, retour les 9 et 10 mai), l'ASM a deux chances sur trois d'aller à Madrid, puisque, comme l'année dernière, les deux grands clubs de la capitale, le Real et l'Atlético, sont présents au rendez-vous de ce dernier carré (ils s'étaient même retrouvés en finale en 2016). La troisième et dernière possibilité est la Juventus Turin, qui a éliminé le Barça au tour précédent (3-0, 0-0).

Real, Atlético et Juve, ces trois clubs ont comme point commun d'avoir laissé une sacrée impression de force tout au long de cette Ligue des champions et de ne pas être des perdreaux de l'année à ce niveau de compétition.

Porté par un Cristiano Ronaldo de gala (cinq buts en deux matches, quand même) et un peu par les décisions arbitrales, le Real a fini par essorer le Bayern Munich en quarts de finale (2-1, 4-2 a.p.). Son coach, Zinédine Zidane, cherche à rejoindre dans la légende Arrigo Sacchi, dernier coach à avoir porté une équipe à deux titres européens consécutifs, en 1989 et 90, avec l'AC Milan. Monaco-Real, cela rappelerait des souvenirs. En 2004, sur la route de la finale, l'ASM de Didier Deschamps avait renversé le Real (2-4, 3-1), qui comptait dans ses rangs un certain… Zinédine Zidane.

Souvenirs aussi avec la Juve. Récents ou anciens, ils sont toujours mauvais pour l'ASM. Il y a deux saisons, les Monégasques avaient été éliminés en quarts de finale sans marquer le moindre but (1-0, 0-0), exactement ce que vient de subir le Barça face à la "BBC" défensive des Juventini : Gianluigi Buffon, Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini. L'autre double confrontation, en demi-finales de la C1 1997-98, avait été bien plus prolifique, mais la Juve avait encore imposé sa loi, avec notamment un 4-1 lors du match aller (3-2 au retour), ce qui reste le plus large revers de l'ASM en déplacement sur la scène européenne.

L'ASM n'a en revanche jamais affronté l'Atlético de Madrid. Retrouver les Colchoneros en demi-finales, ce serait l'assurance d'assister à une sacrée bataille tactique entre Leonardo Jardim, le réaliste converti au beau jeu, et Diego Simeone, l'apôtre du sacrifice pour le collectif. Ce serait aussi la perspective d'un duel à distance entre les deux nouvelles figures du football français, Antoine Griezmann, et Kylian Mbappé, révélation de cette saison 2016-17. Ce serait enfin, selon notre consultant Raymond Domenech, ce qu'on pourrait considérer comme le meilleur tirage pour l'ASM.

Pour Raymond Domenech, "il faut échapper au Real". "Il y a trois équipes exceptionnelles en face", estime d'emblée l'ancien sélectionneur des Bleus. "On peut supposer que l'Atlético est un ton en dessous des deux autres mais, lors de la phase de poules, Lyon a été loin d'être ridicule contre la Juve (0-1 à Lyon, 1-1 à Turin). C'est peut-être aussi une option. Il faut échapper au Real. Je pense que c'est l'équipe au-dessus du lot, avec des individualités exceptionnelles qui, à l'aller comme au retour, peuvent inverser le cours d'un match. Un des deux autres, l'Atlético ou la Juve, c'est bien. Pour résumer, l'idéal selon moi, ce serait une demi-finale Real-Juve et Atlético-Monaco, avec le retour à Monaco donc. Ce serait parfait." Réponse vendredi, peu après midi.