Ligue des champions : que doit craindre l'AS Monaco après sa victoire à l'aller ?

  • A
  • A
Ligue des champions : que doit craindre l'AS Monaco après sa victoire à l'aller ?
Partagez sur :

Les Monégasques, vainqueurs à Dortmund la semaine dernière (3-2), sont favoris pour accéder aux demi-finales. Mais attention quand même…

Une victoire 3-2 à l'extérieur, comme l'a décrochée mercredi dernier l'ASM au Signal Iduna Park de Dortmund, lors d'un match aller, ressemble fort à un pas quasi décisif vers le prochain tour. L'historique des Coupes d'Europe donne même un pourcentage de chances de qualification de 96% pour les équipes vainqueurs. Mais attention, ce chiffre était de 100% pour une équipe qui l'avait emporté 4-0 à l'aller. Et on sait ce qu'il est advenu du PSG à Barcelone au tour précédent… Les Rouge et Blanc ont donc toutes les raisons de se méfier alors que la quatrième demi-finale de C1 de leur histoire leur tend les bras, après celles de 1994, 1998 et 2004.

Europe 1 passe en revue ce que l'ASM doit craindre mercredi soir lors du match retour :

Un coup de pompe physique. Cela s'est vu samedi soir, face à Dijon (2-1). Les joueurs monégasques sont fatigués. Finalistes de la Coupe de la Ligue, encore engagés sur trois tableaux, passés par les tours préliminaires de la Ligue des champions, les Monégasques vont disputer mercredi leur 54ème match de la saison. Un long, très long chemin. Les hommes de Leonardo Jardim, leaders de Ligue 1, ont beau être pleins de sève et d'envie, un tel rythme finit par épuiser les corps les plus jeunes et les plus résistants. Les supporters de l'ASM espèrent que le coup de pompe redouté n'interviendra pas mercredi soir…

L'absence de Fabinho. Comme au tour précédent face à Manchester City (Jemerson et Kamil Glik) et comme à l'aller à Dortmund (Tiémoué Bakayoko), l'AS Monaco va devoir faire sans l'un de ses éléments essentiels : Fabinho. Mais sans sous-estimer l'influence des trois autres joueurs, cette absence-là risque de se faire davantage sentir. Alors oui, Fabinho a manqué son penalty lors du match aller mais le milieu de terrain brésilien reste le poumon, le régulateur, la rampe de lancement du jeu monégasque, et l'un de ses éléments les plus expérimentés, malgré ses 23 ans seulement. Notons également que si Benjamin Mendy sera de retour sur le côté droit de la défense, son pendant côté gauche, Djibril Sidibé, sera absent lui aussi pour cause d'appendicite.

La résilience du Borussia. Lors du match aller, le Borussia, encore marqué par la triple explosion qui avait visé son car la veille, avait mis une mi-temps à entrer dans son quart de finale. Menés 2-0, les Jaune et Noir avaient réussi à "gagner la deuxième mi-temps" 2-1 pour un score final de 2-3. Samedi dernier, face à Francfort, les joueurs de Thomas Tuchel ont confirmé qu'ils étaient sur la voie de la digestion et peut-être même de la résilience. "S'il y a bien un match où nous n'étions pas prêts, c'était bien à l'aller", a confié l'entraîneur du Borussia, Thomas Tuchel, lundi, en conférence de presse. "Nous devons évacuer ce qui s'est passé. Nous nous sommes focalisés sur ce match retour et allons l'aborder avec une parfaite concentration. Je suis sûr que tout ce qui s'est passé la semaine dernière nous a rapprochés et nous a rendus encore plus forts. On est capable de réaliser une bonne prestation. J'en suis convaincu." Le capitaine du Borussia, Marcel Schmelzer, pense lui aussi que l'événement traumatique vécu la semaine dernière peut "souder l'équipe encore plus".

Notre consultant football allemand, Gernot Rohr, qui a assisté à la prestation du Borussia contre l'Eintracht Francfort samedi dernier (3-1), pense lui aussi le Borussia capable de renverser la vapeur, mercredi soir. "Ils ont fait un retour intéressant sur le terrain. Il y a eu de la solidarité avec le public, une grande communion, avec une victoire à la clé. L'équipe a retrouvé son jeu, son enthousiasme, avec trois jolis buts inscrits et ça aussi, c'est important."

Le retour de Marco Reus. Si le Borussia s'est remis à briller, c'est aussi parce qu'il a retrouvé son maître à jouer, Marco Reus, absent à l'aller. Samedi, pour son retour à la compétition après six semaines d'arrêt, il n'a mis que trois minutes pour se mettre en évidence et ouvrir le score. "Je crois que cette saison, comme la saison dernière, nous avons affronté beaucoup d'équipes avec de très bons attaquants comme c'est le cas à Monaco", a confié mardi en conférence de presse Marco Reus, qui sera l'un des atouts offensifs du BVB, avec Pierre-Émerick Aubameyang ou Ousmane Dembélé. "Nous avons montré que nous savions comment jouer contre ce genre d'équipes. Nous en connaissons aussi un peu plus sur les talents à Monaco. Et nous savons que nous sommes capables de marquer trois ou quatre buts dans un match." Le site officiel du club n'a pas manqué de rappeler que sous Thomas Tuchel, le BVB a remporté plus de la moitié de ses matches disputés à l'extérieur (58%). Que les Monégasques se le disent, le Borussia y croit…