Ligue des champions : Manchester City est-il si petit ?

  • A
  • A
Ligue des champions : Manchester City est-il si petit ?
L'Argentin Sergio Agüero sera la menace la plus importante pour la défense parisienne.@ Glyn KIRK/AFP
Partagez sur :

CONFIANCE - Le PSG affronte mardi en quarts de finale aller le club anglais de Manchester City avec les faveurs des pronostics.

Quand le sort a désigné Manchester City comme adversaire du PSG en quarts de finale de la Ligue des champions, tout le monde ou presque dans le paysage du football français s'est félicité de ce tirage : Manchester City avait tout de la victime expiatoire. Est-ce que ce jugement peut être aujourd'hui remis en cause ? Autrement dit, City est-il vraiment si petit ?

Oui : "City est une bourgade à l'échelle européenne"

Par Julien FROMENT

"Si les "Citizens" ont su se faire une place en Premier League au gré des centaines de millions d'euros injectés par son propriétaire émirien au fil des ans, City n'est qu'une bourgade à l'échelle européenne. Pour preuve, ce quart de finale face au PSG est pour l'heure son meilleur résultat dans la compétition. Et c'est bien Paris le favori de cette double confrontation.

Manchester City vit d'ailleurs peut-être sa saison la plus complexe depuis son rachat par le cheikh Mansour. Entre blessures des uns (Kompany, Y.Touré, Sterling), méformes des autres (Otamendi, Mangala), les "Skyblues", qui ne sont que 4èmes de Premier League à 15 points de Leicester (avec un match en moins), semblent en fin de cycle. En témoigne le départ prochain de leur entraîneur, Manuel Pellegrini, remplacé l'été prochain par Pep Guardiola. Les seules lueurs d'espoir se nomment Kevin De Bruyne et Sergio Agüero, mais le Belge et l'Argentin ne pourront pas éliminer Paris à eux seuls.

Car, cette saison, Manchester City a toujours souffert face aux cadors : deux défaites en poules face aux Italiens de la Juventus Turin, aucune victoire contre le Top 6 de Premier League jusqu'à maintenant. Vous l'aurez compris, Manchester City a beau rivaliser avec Paris financièrement, il semble loin sportivement du club de la capitale, en tout cas cette saison."

Non : "City est une mégapole en reconstruction"

Par Nicolas ROUYER

"Alors, comme ça, rencontrer Manchester City serait une bonne affaire pour le PSG. C'est vrai que les Parisiens retrouveront "simplement" face à eux ce qui se fait de mieux depuis plusieurs saisons au poste d'avant-centre : Sergio Agüero. Moins médiatique que les monstres Messi et Ronaldo, "el Kun" est pourtant guère moins prolifique. En 24 matches de Premier League, il a trouvé le chemin des filets à 17 reprises cette saison. Attaquant râblé et rapide, il est capable de faire basculer un match sur un coup de patte.

Et s'il n'y avait que lui… Car l'attaquant de l'"Albiceleste" argentine n'est pas le seul joueur de talent à animer le jeu des "Citizens". Derrière lui, on retrouve le Belge Kévin de Bruyne et l'Espagnol David Silva. Acheté plus de 75 millions d'euros l'été dernier, De Bruyne est l'un des talents les plus prometteurs du football mondial. David Silva, lui, a déjà prouvé toute sa valeur, que ce soit avec le maillot de City ou celui de la sélection espagnole. Les critiques de City pointent les faiblesses de sa défense. C'est faire peu de cas, finalement, du football français, puisque ce sont trois internationaux tricolores qui devraient être alignés mercredi au Parc des Princes : Eliaquim Mangala dans l'axe, aux côtés de Nicolas Otamendi, et Bacary Sagna et Gaël Clichy sur les côtés.

A tous ceux qui doutent des qualités de City, mégapole en reconstruction - Pep Guardiola en sera son entraîneur la saison prochaine -, nous leur conseillons d'écouter la voix de la sagesse, Laurent Blanc. "Une fois qu'on a les évités (les "gros" Barça, Bayern Munich et Real Madrid lors du tirage au sort des quarts de finale), certains se sont dit 'le tirage est facile'. Surtout pas ! Surtout pas ! J'ai tenu un discours dans ce sens lundi aux joueurs. Manchester City a un effectif de qualité et en nombre", a rappelé le coach du PSG, mardi, en conférence de presse. On ne peut que lui donner raison."